L'héritier de Samsung arrêté dans le cadre d'une affaire de corruption

L’ancienne présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye, aura entraîné le milliardaire dans sa chute. Le vice-président et héritier de Samsung, Lee Jae-Yong est accusé d’avoir soudoyé des proches de l’ancienne dirigeante à hauteur de 37 millions d’euros.

Lee Jae-Yong a été admis au centre de détention de Séoul vendredi matin après une comparution devant le tribunal. Il fait face à quatre chefs d’accusations : la corruption, la dissimulation d’avoirs à l’étranger, le parjure, et le détournement de fonds. Les procureurs disposent de 10 jours pour l’inculper. Si Lee Jae-Yong est mis en examen, le tribunal devra rendre son verdict dans un délais de trois mois.

Une nouvelle polémique à gérer pour Samsung 

Ses avocats peuvent actuellement faire appel ou demander une libération sous caution, mais ils n’ont pas encore émis de communiqué. Il faut dire que le vice-président de Samsung était déjà dans la ligne de mire de la justice, mais de récentes avancées dans l’enquête ont conduit à son arrestation.

L’entreprise sud-coréenne s’est défendue mercredi sur Twitter en déclarant que : « Samsung n'a absolument jamais corrompu la présidente dans le but d'obtenir quelque chose en échange, ni sollicité des faveurs illicites. »

> > > Lire aussi BlackBerry attaque Nokia en justice (et ce n'est pas une actu de 2006)

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire