Licencié pour critiques sur Internet

S’exprimer sur Internet à propos de son entreprise est de plus en plus pris au sérieux par ces dernières. En témoigne cette affaire d’un salarié de Michelin, licencié pour avoir tenu des propos inacceptables, selon son employeur, sur son profil Copains d’avant.

« michelin EXPLOITATEUR !!!! »

C’est le cri du coeur de l’employé qui insistait avec un cinglant « Boulot de bagnard ! » Un autre de ses collègues précisait sur sa page « Production, production, mais fiche de paie toujours pareil». Le premier écopera donc d’un licenciement, le second de trois jours de mise à pied.

Fort logiquement les syndicats ont réagi violemment à ces sanctions comme le précise Denis Plard, délégué du personnel CGT : «Michelin utilise des moyens dangereux pour la liberté d'expression. On a juste le droit d'être exploité en silence. Les deux salariés ont écrit de chez eux et ils ont mis des smileys.»

Pour Michelin « une procédure de licenciement pour faute réelle et sérieuse est en cours contre ce salarié qui a proféré des propos grossiers et a insulté ses collègues. » Les prud’hommes ont donc été saisis et une audience de conciliation a été prévue pour le 6 février prochain.

Si la décision est confirmée, elle prouvera que les propos tenus sur un site web à propos de son entreprise ne pourront plus l’être en toute impunité.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
17 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • H-hich
    Ils ont vérifiés les IP pour être sur que c'etait eux qui avait mis ces commentaires? :o

    A mon avis ca passera pas devant le tribunal...
    0
  • aviat17
    Il faut en tout cas l'espérer, sinon....que dire d'autre. Nous ne sommes plus dans un pays de liberté. Ah, la Patrie des Droits de l'Homme... mais ou va-t-on?
    2
  • noldarn
    Citation:
    Boulot de bagnard !

    C'est vrai que c'est une diffamation énorme ;)
    Quoi-qu'il en soit aux prud'hommes ils ne prendront surement pas partie pour l'entreprise.
    Avec un peu de chance il en retirera même des dommages et intérêts !
    1