Ce livre ne s'ouvrira que s'il aime votre tête

La couverture qui vous juge.

Et si le livre avait une sensibilité ? En France, l’habit ne fait pas le moine. Chez les Anglo-saxons, il ne faut pas juger un livre à sa couverture. C’est en partant de ce postulat que Thijs Biersteker, designer néerlandais, a conçu « La couverture qui vous juge ».

Scellant un livre, elle est équipée d’un système de reconnaissance faciale. En alignant son visage sur lui, le potentiel lecteur voit le jugement du livre s’abattre. S’il le regarde avec une moue ou un sourire, jamais l’œuvre ne se déverrouillera. Pour que cela arrive, il doit la contempler d’une expression intègre.

Ariel Bogle, journaliste pour Slate.fr, rapporte les propos du concepteur de cette couverture technologique. « Il y a assez de juges en ce monde –tout le monde est un critique. Tout le monde devrait apprécier les choses sans instantanément juger ce qu'ils voient », exprime ainsi Thijs Biersteker.

Mais son idée pourrait être détournée et intéresser tous les distributeurs s’il était incorporé aux produits. Ils auraient alors un retour direct de l’impression du consommateur. Une idée intéressante également pour les publicitaires qui y verrait une belle opportunité afin de cibler toujours au plus juste leurs campagnes. Ces derniers ont d’ailleurs déjà mis un pied à l’étrier en installant des panneaux publicitaires high-tech dans certains transports en commun, comme le métro parisien, panneaux intégrant des capteurs faciaux qui « mesurent le nombre de passages devant l'écran et le temps d'exposition au message », comme l’expliquait la RATP lors de leur installation en 2009.

Comparatif liseuses : Kindle, Kobo, PocketBook, Bookeen, Nolim

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire