La Marine des Etats-Unis veut utiliser les poissons pour détecter les menaces sous-marines


La mer est potentiellement pleine de menaces militaires sous-marines. La DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) propose une solution pour contourner ce problème : laisser les organismes marins faire le travail. Elle a récemment lancé le programme PALS en vue d'étudier la viabilité de cette approche pour détecter les véhicules sous-marins. Le défi consiste à traduire les réponses biologiques en données exploitables. Il faut également rendre le système suffisamment intelligent pour faire la distinction entre différents objets et qu’il soit capable d’envoyer les données à des appareils situés à 500 mètres et plus de distance. Ce ne serait pas très efficace si les ennemis pouvaient voir un émetteur flotter sur l'eau, ou si celui-ci sonnait l'alarme pour un simple dauphin qui passe.

Les résultats concrets se feront attendre

Le coût constitue un important atout pour ce projet. Sachant que la vie sous-marine s'adapte, se reproduit et se maintient, si les recherches aboutissent, ils n'y aura peut-être plus besoin d'affiner ou de reconstruire continuellement ce système de détection. Même si les recherches progressent, réaliser les premiers tests en condition réelle prendrait encore beaucoup de temps. Entre temps, la DARPA organise une première réunion d'information le 2 mars prochain pour spécifier ses attentes aux potentiels partenaires. 

>>> A ne pas rater [Test] Avertisseurs de radars et de zones dangereuses : quelle est la meilleure application ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire