Martin Shkreli, l'homme le plus détesté d'Internet, va aller en prison

Le jeune chef d’entreprise, Martin Shkreli, souvent surnommé « l’homme le plus détesté des États-Unis » (ou d'Internet, c'est selon), peut écoper jusqu’à vingt ans de prison pour fraude financière, selon les rapports du tribunal fédéral de Brooklyn.

Une circonstance aggravante pour la juge

Après avoir entendu les arguments des procureurs fédéraux, la juge Kiyo Matsumoto a finalement déclaré que le jeune entrepreneur, qui avait augmenté de 5000% le prix du Daraprim en 2015, représentait un « danger pour la communauté ». L’ex-patron du hedge fund Turing Pharma aurait en effet voulu offrir une récompense de 5000 dollars à celui qui réussirait à arracher un brin de cheveux d’Hillary Clinton pour des tests génétiques. Malheureusement pour lui, il faisait déjà l’objet d’une poursuite judiciaire pour harcèlement. Il s’agit d’une circonstance aggravante pour la juge Kiyo Matsumoto qui a ainsi décidé de révoquer sa liberté sous caution de cinq millions.

Malgré la lettre d’excuse adressée par Shkreli à la juge Matsumoto, il devra attendre sa condamnation prévue pour le 18 janvier prochain. Dans ces cas-là, la peine est dans la quasi totalité des cas un séjour en prison.

>>> Lire aussi Un simulateur informatique pour déjouer les fraudes fiscales

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire