Promis, juré : Microsoft ne lira plus votre courrier

Microsoft vient de modifier ses conditions d’utilisation, en supprimant la partie par laquelle la société s’autorisait à lire les courriers électroniques de ses utilisateurs. Désormais, s’il a besoin d’un accès à ces données privées, il sera obligé de se tourner vers les autorités compétentes.

Ce revirement fait suite à l’enquête qu’a menée Microsoft au sujet de fuites entourant les codes des versions 7 et 8 de Windows. Elle a abouti la semaine dernière à l’arrestation d'Alex Kibkalo.

Disponibles sur Internet avant même leurs sorties, ces systèmes d’exploitation avaient été dérobés par cet ancien employé de Redmond. Pour remonter à la source, Microsoft s’était autorisé à espionner la boîte aux lettres électronique d’un blogueur français avec qui avait conversé Alex Kibkalo.

Se démarquer de Google

Voulant se détacher de la politique de Google sur sa gestion de la protection de la vie privée, Microsoft a décidé de supprimer cette clause qui l’autorisait à investir des contenus personnels. Ainsi, son directeur juridique, Brad Smith, déclare que « si nous recevons des informations indiquant que quelqu’un utilise nos services pour marchander la propriété intellectuelle ou physique de Microsoft, nous n’examinerons pas nous-mêmes le contenu privé de client. »

Après en avoir usé une dernière fois, Microsoft décide donc de rentrer dans le rang en se débarrassant de ce droit qu’il s’était arrogé aux dépens des utilisateurs de ses services et logiciels.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire