Noé : la Geek Critique

Le pitch : Adapté directement de la Bible, Noé raconte l’histoire du descendant direct d’Adam et Eve et de leur fils, Seth. Alors que le monde est industrialisé par les descendants de Caïn, le Créateur demande à Noé de protéger les animaux d’un futur déluge visant à éradiquer l’humanité de la surface de la planète.

4 raisons d’aller voir (ou pas) Noé

Noé est le nouveau film du cinéaste Darren Aronofsky. Quatre ans après le haletant Black Swann, le réalisateur de Requiem for a Dream et The Wrestler revient à une nouvelle adaptation, bien plus ambitieuse que le Lac des Cygnes. Noé est en effet directement, et librement, inspiré de la Bible, avec une esthétique à mi-chemin entre le péplum et l’heroic fantasy. Une source originale qui peut paraitre osée, mais pour cela, Darren Aronofsky  s’entoure d’un bien beau casting avec Russel Crowe (Gladiator, Man of Steel), Emma Watson (Harry Potter) et Anthony Hopkins (Le Silence des Agneaux).

1 – Oui parce que c’est un vrai film d’heroic fantasy

Si Noé est évidemment une adaptation de la Bible, le film s’est également rajouté de nombreux passages afin de faire de ces quelques versets du livre sacré un véritable film épique de plus de deux heures. Ainsi, Darren Aronofsky a choisi d’enrichir son récit de créatures mythologiques, les veilleurs. Il s’agit d’anges déchus du Paradis après avoir suivi Adam et Eve lorsqu’ils ont été chassés du Jardin d’Eden. Une fois sur Terre, ces anges prennent l’apparence de monstres de pierre qui ne sont pas sans rappeler les golems et qui aideront Noé dans sa tâche de bâtir une arche gigantesque. Par ailleurs, afin de rajouter des enjeux, Noé, descendant de Seth, doit affronter les descendants de Caïn qui vont tout faire pour embarquer dans l’arche. Un passage qui permet à Darren Aronofsky de filmer une bataille qui n’est pas sans rappeler celle du Gouffre de Helm dans le deuxième volet du Seigneur des Anneaux.

2 – Non à cause de sa direction artistique bâclée

Afin de rendre l’histoire de Noé intemporelle, l’équipe de Darren Aronovsky a mélangé les genres cinématographiques, mais aussi artistiques et vestimentaires. Si les descendants de Caïn manient déjà le métal en se forgeant des épées, des bouliers et même des masques à souder, la famille de Noé est quant à elle équipée d’une garde-robe quasi contemporaine. On pourrait presque reconnaître la marque des pantalons ou des pulls à capuche portés par les trois fils de Noé à leur coupe s’ils n’étaient pas faits intégralement en fourrure d’animal. Dommage, quitte à faire un film historique, même d’heroic fantasy, autant s’inspirer des habitudes vestimentaires passées plutôt que de transformer des vêtements contemporains.

Plus embêtant encore, malgré un budget conséquent estimé à 130 millions de dollars, le film ne réussit pas à faire croire à ses effets visuels, et ce dès le début du film. En effet, dès les premières scènes d’exposition, Noé fait face à un animal tué par des hommes, à la croisée entre un chien et un tatou sans que jamais son origine ne soit expliquée et sans que le maquillage n’arrive à nous faire croire à son existence. Plus encore, lors des arrivées successives des animaux dans l’arche, prêts à embarquer, on a parfois l’impression d’être en face d’une bouillie d’effets numériques et on est amené à penser que la supervision des effets visuels a oublié les textures des animaux. Si l’effet est réussi pour les reptiles, il est catastrophique pour les mammifères.

3 – Oui parce que c’est un film moins manichéen qu’il n’y paraît

Le problème avec une adaptation de la Bible, c’est qu’il y a les bons et les méchants. Typiquement, Noé est bon, soutenu par Dieu, alias le Créateur, tandis que les descendants de Caïn sont mauvais, héritiers du crime perpétré par leur ancêtre à l’encontre de son frère, Abel. Dès lors, difficile d’immiscer un tant soit peu de nuances de gris et de s’éloigner du syndrome Disney. Si dans la première partie du film, Darren Aronofsky n’essaie même pas de prendre de risque et demande à Russel Crowe de camper un Noé bon, obéissant envers le Créateur et plein de mansuétude, ce n’est que pour s’en éloigner dans la seconde partie du film. Dès que Noé s’attaque à sa tâche monumentale, il se ferme peu à peu à sa famille et devient obsédé par la construction de l’arche et la mission divine qui lui a été confiée. Au point même de penser à sacrifier les siens et ceux qu’ils aiment. Le personnage de Noé, qu’on a appris à aimer en première partie, devient alors un patriarche froid, sans foi ni loi, fanatique, qui sacrifie peu à peu toutes ses émotions.

4 – Oui parce que c’est mieux que 2012 et Evan tout Puissant

On peut lire les textes bibliques sans être soi-même croyant. Tout comme on peut aller voir un film adapter de la Bible sans être chrétien. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’histoire de l’arche de Noé est adaptée au cinéma. En 2007 sortait Evan tout Puissant, la suite de Bruce tout Puissant, avec Steve Carell. Il était chargé par Dieu, incarné par Morgan Freeman, de construire une arche afin de sauver la faune du déluge. En 2009, c’était au tour de 2012 de s’inspirer librement du passage de la Bible avec un vaisseau géant servant, pour le coup, à accueillir une part de l’humanité en vue d’un déluge. Noé surpasse largement ces deux précédents films. Non pas parce qu’il est mieux filmé ou mieux écrit, mais simplement parce qu’il adopte un genre plus adapté aux textes bibliques. Ni comédie, ni film catastrophe, mais héroic fantasy, Noé réussit à convaincre même les non-croyants en utilisant le texte original pour ce que certains le considèrent, un livre fantastique épique.

Le verdict : Noé n’est pas exempt de défauts, loin de là. On peut lui reprocher ses effets visuels bâclés, son manque d’ampleur ou sa misogynie, mais le film reste un divertissement plaisant, qui réussit à faire passer sa durée de deux heures vingt sans inciter à regarder sa montre. Malheureusement, c’est tout ce qu’est Noé et on en attendait bien plus de la part d’un réalisateur aussi talentueux que Darren Aronofsky.

Note : 2/5

Bande-annonce de Noé

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire