L'ONU fait de l'accès à Internet un droit des peuples

Le Conseil des droits de l’Homme de l'ONU a fait passer une résolution condamnant les pays qui perturbent intentionnellement l’accès à Internet de leurs citoyens. Déjà prévue dans une précédente déclaration sur les droits numériques, cette résolution a pour vocation de réaffirmer que « les mêmes droits que les peuples ont hors ligne doivent aussi être protégés en ligne », en particulier la liberté d’expression couverte par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

Adoptée par consensus vendredi dernier, cette résolution ne fait pas l’unanimité. Quelques régimes autoritaires incluant la Russie, la Chine et l’Arabie Saoudite, ainsi que des démocraties telles que l’Inde et l’Afrique du Sud se sont positionnées contre. Elles demandent aux Nations Unies d’ôter un passage de la résolution qui « condamne les mesures qui empêchent ou perturbent intentionnellement l’accès à la diffusion de notre information en ligne. »

La prise de position de l'ONU au sujet de l’accès à Internet fait particulièrement sens aujourd’hui, alors que les coupures Internet s’intensifient dans certains pays, pour des raisons plus ou moins valables. Ainsi, la Turquie a coupé l’accès aux réseaux sociaux après l’attaque terroriste de l’aéroport d’Istanbul, l’Algérie a fait de même pour éviter les tricheries lors des examens. L’Inde et le Bahrain ont complètement coupé le réseau mobile pour étouffer des protestations locales. En tout, 15 coupures intentionnelles ont été relevées dans le monde en 2015. Cette année, on a déjà dépassé les 20, révèle Access Now, groupe défendant les droits numériques.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire