Quel sera l'avenir de nos documents ?

Infos-du-Net.comSi vous tapez une liste de course sous un logiciel qui enregistre le tout dans un format fermé, vous ne pourrez la relire dans dix que si vous possédez ce logiciel, puisque personne d'autre ne sait comment le lire. Dans ce cas, le document n'a pas d'importance. Mais quand il s'agit d'administrations nationales dont les données utilisateur veulent traverser les décennies sans ronger le budget, c'est une autre histoire. Au vu des coûts faramineux des investissements informatiques irresponsables faits lors de la bulle, la plupart des grandes organisations ont retenu une leçon : réfléchir avant. Bien sûr, cela n'empêchera pas de refaire des bourdes lors du prochain saut technologique, mais on commence à se remettre du dernier, et c'est déjà pas mal. Ainsi est née l'Open Document Format Alliance qui rassemble des grands noms de l'industrie autour d'un objectif : avoir accès aux données "indépendamment des applications ou des plates-formes d'entreprises utilisées pour leur création ou accès futurs". C'est beau.

Open Up !

L'ODFA n'est pas un rassemblement de patronymes obscurs puisqu'IBM, Novell, EMC, Opera Software, Corel, Red Hat, Oracle, Sun Microsystems, l'Open Society Institute, l'International Open Source Network, l'OpenDocument Foundation et OpenOffice.org font parti du lot. Ils mettent en avant les documents sous formats ouverts que chacun peut lire puisque qu'il est richement documenté. Des formats comme le GIF ou le PDF répondent à cette préoccupation et sont devenus incontournables sur le net. D'autres, comme l'ODT, sont en plus des formats libres et leur popularité est croissante puisque tout le monde peut en produire gratuitement du fait de leur licence. Ce dernier, qui porte le nom complet d'OpenDocument, est basé sur XML et est validé par le consortium OASIS (Organization for the Advancement of Structured Information Standards - 5 000 membres et regroupant 600 organisations de normalisation). Il est mis en avant par l'ODFA et utilisé par plusieurs acteurs majeurs comme Novell pour Linux Desktop ou IBM dans Workplace Managed Client et bien sur l'incontournable suite bureautique OOo.

Microsoft a vu venir la concurrence car les problèmes qu'ont posé ses formats fermés ont titillé le consommateur : impossible aujourd'hui d'ouvrir un .doc fait sous Word 5 avec les nouvelles versions de MSOffice, convertir les documents protégés par un mot de passe tient du cauchemar... La firme a donc proposé sa contre-attaque, et comme elle avait su faire avec le WMA, elle a proposé son propre standard ouvert XML. Office 2007 gérera les quelque 12 nouveaux types de fichiers, mais maintenant les autres pourront en faire autant.

Source : VNUnet
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires