Les parcs américains se rebellent et se font censurer sur Twitter

Le parc national des Badlands (source : Wikipédia)Le parc national des Badlands (source : Wikipédia)

Aux États-Unis, le Dakota du Sud est notamment connu pour son Parc National des Badlands, qui dispose de son propre compte Twitter, comme la plupart des grands parcs américains. Mais ces derniers jours, le compte Twitter du parc des Badlands, avec d’autres parcs américains, a commencé à diffuser des messages sur le changement climatique, en réaction aux positions climatosceptiques de Donald Trump sur le sujet.

\"Avant l'ère industrielle, la concentration de dioxyde de carbone dans l'atmosphère était de 280 parties par million (PPM). En décembre 2016, elle était de 404,90 PPM"

\"Côté négatif de l'atmosphère : l'acidité des océans a augmenté de 30% depuis la révolution industrielle".


Plusieurs messages de ce type, supprimés depuis, ont pu être aperçus sur le compte Twitter du Parc National des Badlands. Ils donnaient notamment des chiffres sur l’augmentation de l’acidité des océans, l’augmentation du taux de dioxyde ce carbone dans l’air, ou encore le réchauffement climatique. Le mouvement a été suivi par d’autres comptes, comme celui du Golden Gate, en Californie, 
où un message sur le réchauffement climatique est toujours disponible à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Le mouvement a eu beaucoup d’attraction sur les réseaux sociaux, mais le gouvernement américain ne l’a certainement pas vu du même œil. Après la suppression des messages, un communiqué a été diffusé dans lequel le National Park Service indique qu’un « ancien employé, qui n’était pas autorisé à utiliser le compte du parc » serait responsable des Tweets diffusés sur le compte des Badlands.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire