Phuc Dat Bich, le canular dans lequel le web est tombé

Il y a quelques jours, l’histoire d’un jeune Australien d’origine vietnamienne répondant au nom de Phuc Dat Bich a envahi les réseaux sociaux. Ce dernier se plaignait du fait que Facebook désactivait systématiquement sa page, l’accusant d’utiliser un faux patronyme. Il faut dire qu’en anglais, la lecture de ces mots fait penser à une phrase franchement vulgaire. Depuis sa page, une photo prétendue de son passeport australien a été postée afin d’attester de son identité.

L’affaire a alors rapidement fait le tour du web, avec une publication qui a été « aimée » plus de 160 000 fois, partagé à plus de 80 000 reprises et relayées dans de nombreux médias… dont le nôtre. Mea Culpa : tout cela n’était qu’une vaste blague. L’utilisateur l’a lui-même annoncé depuis la page Facebook de Phuc Dat Bich, expliquant que « ce qui avait commencé par une blague entre amis est devenu un canular qui a ridiculisé les médias ».

Le message s’adresse ensuite au réseau social, assurant que « Facebook doit comprendre qu’il est totalement impossible de légitimer un endroit où il y aura toujours des farceurs et des escrocs », n’hésitant pas à le signer « Joe Carr », en référence au Joker. D’après le Guardian qui a pu contact le jeune homme, il prétendrait s’appeler Tin Le en réalité, mais d’autres médias notamment Mashable, ont des sources qui laissent à penser que sa véritable identité serait Thien Nguyen. Quoi qu’il en soit, son profil a sans surprise été supprimé de Facebook peu de temps après ces révélations.

Lire : Facebook ne veut pas de Phuc Dat Bich

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire