Ces saletés de ransomwares explosent tous les records

C'est un petit rituel que se sont imposé quelques éditeurs d'antivirus chaque année : livré un rapport détaillé, mais accessible à tous, concernant les menaces les plus virulentes de l'année passée. Pas nécessairement dans l'objectif de faire la promotion de leurs propres solutions (quoique...), mais surtout histoire de montrer l'évolution des malwares, les menaces qu'il faut craindre et celles que l'on peut oublier pour un temps. Cette année, nous nous sommes intéressés à celui de Symantec, qui rapporte que la grande tendance est aux ransomwares.

260% d'augmentation des ransomwares

Les ransomwares, ou rançongiciels, sont des logiciels malveillants un peu particuliers. Ils ne contentent pas d'infecter votre machine, de corrompre vos données ou de transformer votre ordinateur en PC zombi. Non non, leur objectif est tout autre : ils chiffrent les données de l'utilisateur et par conséquent les rendent inaccessibles. S'il souhaite les retrouver, il doit alors mettre la main à la poche. En échange de quelques centaines de dollars (pour un particulier), le pirate à l'origine consent à délivrer une clé de déchiffrement, unique sésame qui permet de recouvrer les précieuses données personnelles. Notez que, si la moyenne d'argent demandée par les cyberdélinquants est de 300 dollars pour les particuliers, elle peut monter jusqu'à 3 millions pour les institutions comme les hôpitaux.
Selon le rapport que vient de remettre Symantec, les ransomwares ont connu une vive expansion sur l'année 2015. Ce type d'attaque a en effet augmenté de 35 % à travers le monde. Pas de quoi s'alarmer ? Un peu quand même : en France, cette augmentation est de 260 %. Pourtant, le phénomène des cryptolockers n'est pas nouveau, puisque le premier est apparu en 2005. Symantec explique cette explosion par le fait que les pirates ont de plus en plus de moyens pour se faire payer, la très large démocratisation des bitcoins depuis 2013 et des plateformes de paiement alternatives y étant certainement pour quelque chose. Au total, si l'éditeur d'antivirus a pu recenser 391 000 attaques en France en 2015, on peut se demander si ce n'est pas seulement la pointe de l'iceberg et combien sont passées à travers les mailles du filet.

La France en bonne (ou mauvaise ?) position

De nombreux autres chiffres ressortent de cette étude, mais l'un des plus préoccupants reste celui de la France en matière d'attaques : l'Hexagone passe au total de la 14e à la 9e place. Certes, la France est loin derrière la Chine et les États-Unis, mais elle revient dans le top 10 dont elle était sortie depuis 5 ou 6 ans. Cette statistique est établie selon différents critères et types de menace. À titre d'exemple, si la France n'est pas ou est très peu présente dans tout ce qui concerne les attaques Web, elle est en 5e position dans tout ce qui touche les attaques réseau. En revanche, l'Hexagone n'est que très peu la source de malwares : les pirates à l'origine de programmes malveillants œuvrent ailleurs, mais pas en France. 

Une activité qui se professionnalise de plus en plus

Dans un tout autre registre, Symantec a constaté une croissance exponentielle du spear-fishing (attaque ciblée), qui croît de 55%, alors que le fishing classique est lui en baisse. Au final, l'éditeur constate une professionnalisation de l'activité cyberdélinquante, avec notamment la création de véritables centres d'appels destinés à exploiter la crédulité de certains internautes. Les pirates ont encore de beaux jours devant eux, cela ne fait aucun doute.

>> A lire aussi : Antivirus : quelle est la meilleure suite de sécurité ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • hyunkel30
    En rappelant que pour éviter ce type d'infection, la première mesure est ...
    De réfléchir !

    Des années qu'on martèle de pas ouvrir les pièces jointes de mails douteux ...

    Et bien sûr la sauvegarde sur support externe non connecté en permanence est une nécessité aussi ..
    0