La Planète des singes, l’affrontement : la Geek Critique

Pitch : à trop vouloir jouer les savants fous, les humains ont fini par causer leur propre perte. Le monde est désormais en péril et une bonne partie de la population est aujourd’hui décimée. Retranchés dans la forêt, les singes ont quant à eux évolué : ils savent s’exprimer par signes, sont même parfois doués de la parole et vivent en société. Voilà 10 ans qu’ils n’ont pas rencontré d’humains, mais vont devoir y faire face et gérer un potentiel conflit avec un groupe de survivants qui vivent à quelques kilomètres de là. Lequel des deux camps laissera sortir ses pulsions les plus animales ou au contraire, tentera de juguler une éventuelle guerre entre les deux peuples ?

5 raisons de craquer (ou pas) pour La Planète des singes : l’affrontement

Suite logique du film sorti en 2011 (La Planète des singes : les origines), ce nouveau volet de la saga voit le retour de César. Le singe, désormais chef de tribu, est l’unique personnage que l’on retrouve dans cet épisode. Tous les autres protagonistes ont disparu (exit James Franco et Freida Pinto). On imagine déjà que la liaison va être difficile entre les deux volets… En outre, il s'agit d'un projet extrêmement ambitieux, puisqu’il dispose d’un budget de 170 millions de dollars (près du double par rapport au premier épisode). Les producteurs jouent gros par conséquent, et l’aventure pourrait bien se terminer là si le film ne trouvait pas son public. Or, le troisième est déjà en préparation, puisque la Fox aurait déjà réengagé le réalisateur Matt Reeves. Alors, La Planète des singes l’affrontement réserve-t-il une agréable surprise ? Fait-il correctement la liaison et peut-on déjà espérer un troisième volet grâce à lui ?

[Vidéo] La Planète des singes : dans les coulisses des effets spéciaux

1 – Oui, pour ses effets spéciaux spectaculaires

Si le premier volet était assez bluffant et criant de vérité quant à la restitution de la race simiesque, ce nouveau volet aura de quoi scotcher sur place les derniers réfractaires. Les expressions de César et de ses comparses sont parfaitement maîtrisées numériquement parlant, et l’on oublie rapidement que tout ça n’est qu’une série d’images de synthèse. La performance d'Andy Serkis, qui incarne le singe César, n'est peut-être pas étrangère à cette restitution de la race simiesque plus vraie que nature. Pour mémoire, l'acteur n'est autre que Gollum du Seigneur des anneaux et King Kong dans le film éponyme de 2005.

2 – Oui, pour son scénario pas si « bêbête » que ça

Ce second épisode est finalement assez bien pensé. Le scénario, malgré certaines scènes très convenues, nous tient en haleine durant les quelque 2 heures 11 que dure le film.  Il n'y pas véritablement de longueurs et on ne voit pas le temps passer. En outre, les revirements de situation font que l'on ne pas position "pour" ou "contre" tel ou tel camp. Bref, La Planète des singes : l'affrontement n'a rien de manichéen, malgré le sujet traité.

3 – Oui, parce que César est toujours aussi attachant

Entre les deux volets, dix ans se sont écoulés. Et pourtant, on a l’impression de retrouver César là où on l’avait laissé. Évidemment, le singe a beaucoup évolué, tout comme la tribu qui l’entoure. Mais c’est la même ambiance, les mêmes relations de défiance et d’amitié qui s’installent entre les hommes et les singes, le même monde au bord de l’asphyxie. Et César se retrouve au milieu de tout ça. Pas de doute : César est finalement le protagoniste principal de la saga, et  c'est plutôt une très bonne chose tant le personnage est attachant.

4 – Non, parce qu'il n'apporte rien de vraiment nouveau

Si le premier volet livrait différents événements fondamentaux à l’ensemble narratif, ce nouvel épisode paraît finalement beaucoup plus anecdotique. S’il n’y avait un petit élément à la toute fin du film, on pourrait même qu’il s’agit d’un « Fill In », un épisode qui fait office de bouche-trou entre deux autres volets beaucoup plus importants. Sans dévoiler la moindre information concernant la fin de ce nouveau volet, on peut d’ores et déjà s’attendre à une suite. Le film laisse pour cela suffisamment d’espace pour qu’un autre volet soit réalisé dans quelques années. Et l’on se prend à imaginer que les scénaristes parviennent à rattacher tout ça avec les anciens films, ceux qui datent des années 60-70, et qui mettaient en scène un Charlton Heston désespéré et révolté.

5 - Non, parce qu'il n'évite pas quelques clichés

Par delà le clivage hommes/singes, ce film aborde surtout le thème des rapports sociaux entre les individus. Et là, il tombe maladroitement dans le réchauffé et le convenu. La brebis galeuse, celle par qui le drame arrive, est vraiment très "méchante". Et les héros, toujours débonnaires et à l'attitude irréprochable, sont quant à eux vraiment très "gentils". En outre, comme tout blockbuster qui se respecte, le film ne peut s'empêcher de nous faire la morale et de livrer explicitement un message bien-pensant. Et ça, c'est vraiment dommage, car le message en question, on aurait bien voulu le deviner tout seul, comme des grands...

La Planète des Singes : L'Affrontement

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire