Jouer à Portal 2 rendrait plus intelligent

Sorti en 2011, le jeu Portal 2 prenait la suite de son aîné à l’aide de mécanismes plus évolués, d’une histoire approfondie et d’énigmes plus complexes à résoudre. Une étude publiée fin août indique même que le jeu rendrait plus intelligent.

En octobre 2007, l’éditeur Valve publiait l'Orange Box, une compilation de jeux comprenant Half Life 2, Half Life 2 Deathmatch, Team Fortress 2 et, surtout, Portal. Il s’agissait alors d’un jeu au gameplay complètement original. Portal est en effet un FPS, un jeu de tir à la première personne, mais dans lequel les armes ne servent pas à tuer des ennemis, mais à ouvrir des portails pour sortir d’une pièce. Le but est donc de créer des passages entre deux murs différents à l’aide de portails de couleur bleue ou orange, avec des salles à la difficulté croissante. En 2011, Valve a édité la suite de ce jeu : Portal 2.

Outre des mécanismes plus profonds comme la gestion de la peinture au sol pour accélérer ou ralentir, Portal 2 était également plus long et profitait d’une narration accrue. C’est à ce jeu que se sont intéressés trois chercheurs de l’université de Floride. Dans un article publié le 30 août dernier, Valerie J. Shute, Matthew Ventura et Fengfeng Ke ont testé l’influence de Portal 2 sur l’intelligence. Leur recherche, menée auprès de 77 participants jouant à Portal 2 pendant huit heures. Au terme de ces huit heures de jeu, les participants devaient résoudre plusieurs problèmes logiques, liés à leur perception de l’espace ou à l’endurance. Les mêmes problèmes ont également été posés à des personnes ayant passé huit heures sur Luminosity, un système d’entraînement cérébral.

« Les résultats de cette étude suggèrent que jouer à Portal 2 a un impact notable sur certaines capacités cognitives importantes par rapport à un groupe qui entend améliorer les capacités cognitives (ce que Portal 2 ne fait pas) », affirment les chercheurs. Un résultat positif pour Portal 2 qui pourrait notamment s’expliquer par l’aspect ludique du jeu vidéo et l’absence de contrainte par rapport à une solution logicielle éditée spécifiquement dans le but d’améliorer les capacités cognitives. Un argument bien connu depuis des années par les éditeurs de serious games : apprendre en s’amusant, c'est bien plus efficace. 

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire