Ces appétissants œufs de Pâques sont imprimés en 3D

À l’approche des fêtes, chacun rivalise d’ingéniosité pour personnaliser son œuf de Pâques. Mais quand il s’agit de travailler sur des chocolats, la société Print-Eat place la barre très haut avec l’impression 3D. La précision dans les détails lui a valu la reconnaissance de nombreux magazines spécialisés.

Les deux fondateurs de Print-Eat, Geoffrey Taieb et Yoann Maire, sont particulièrement fiers de l’un de leurs premiers modèles en chocolat représentant Quetzalcoatl, une divinité de la civilisation aztèque. L’œuvre a été initiée en 2016 par Gilles Grasteau qui était chef au Westin à Paris. L’impression a fait appel à un prototype développé par Yoann Maire, alors étudiant à l’Ipsa avec Geoffrey Taieb. Les deux étudiants ont conçu un modèle 3D avant de mettre au point les moules. Depuis, la société est allée de l’avant en proposant différents modèles à ses clients.

Print-Eat compte désormais trois nouveaux collaborateurs et s’est équipé d’un scanner 3D et d’un logiciel de conception financés par le prix qu’ils ont remporté au Royaume-Uni dans un concours de startup. Alors que les commandes commencent à affluer, Print-Eat travaille maintenant sur l’impression directe de chocolat pour offrir des délices à la croisée de la gastronomie et de la technologie.

> > >  Lire aussi Et si on imprimait nos maisons ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire