L'armée canadienne développe un radar quantique



L'Institute for Quantum Computing (Université de Waterloo, Canada), a annoncé que le ministère de la Défense nationale lui a alloué 2,7 millions de dollars pour construire un radar quantique. Un tel système réussirait à détecter les aéronefs furtifs et surmonterait un problème spécifique à la région, les aurores boréales qui perturbent les dispositifs classiques.

Le projet repose sur une source de lumière visant à créer des photons enchevêtrés, ses applications dépasseront le cadre militaire. Parmi les possibilités figure l’établissement d’une ligne sécurisée entre les ordinateurs. Pour faire simple, l'enchevêtrement est la relation qui existe entre deux particules subatomiques partageant une connexion innée. Même si une grande distance les sépare, elles auront toujours les mêmes propriétés mathématiques.

Le radar quantique est plus efficace

Le principe est similaire à un système classique. Après la création des particules, on garde une et on envoie son jumeau parcourir l’espace. Quand il rebondit sur un objet, un avion-espion par exemple, il retournera vers l’émetteur. Grâce à l'illumination quantique, le signal produit est beaucoup plus fort, on peut le distinguer plus facilement malgré les bruits parasites tels que l’énergie électromagnétique dégagée par les aurores boréales.

Les chercheurs peuvent avancer à leur rythme. Les stations radars de l'Arctique gérées par le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD) resteront en service jusqu'en 2025, voire plus.

>>> Des scientifiques ont créé des enzymes mutantes qui mangent le plastique

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire