Il appelle son WiFi « Daesh 21 » et finit au tribunal

Un jeune dijonnais de 18 ans vient d’être condamné pour apologie du terrorisme en raison de son réseau WiFi domestique, qu’il a nommé « Daesh 21 ». Ce nom, qui a suscité l’inquiétude des voisins du jeune homme, lui a valu une condamnation à trois mois de prison avec sursis.

Apparemment pas terroriste pour deux sous, le Dijonnais a semblé s’être trouvé victime de sa propre mauvaise plaisanterie. « C’est un gamin de 18 ans qui n’a même pas été en mesure d’expliquer ce nom », explique l’avocate du jeune homme à nos confrères de Next Inpact. Ce seul nom avait pourtant déclenché une enquête de police particulièrement resserrée autour du jeune homme : « des recherches ont été effectuées sur ses comptes Twitter, Instagram, son ordinateur, son téléphone ont été saisis lors d’une perquisition », explique l’avocate. « Il n’y a rien d’autre que ce SSID ».

Le tribunal correctionnel de Dijon s’est cependant appuyé sur la loi contre le terrorisme de 2014, qui punit de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende l’apologie du terrorisme, y compris sur Internet. Dans certains cas, les faits d’apologie peuvent être soumis à interprétation des juges, comme dans le cas où le simple nom d’un réseau WiFi se retrouve au centre d’une affaire. La condamnation prévoyait au départ 100 heures de TIG, que l’accusé a refusées pour ne pas entraver sa recherche d’activité. La peine est donc devenue trois mois de prison avec sursis.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire