Galaxy Note 7 : on connaît enfin la cause des explosions !

Si Samsung n’a toujours pas dévoilé les résultats de son enquête au sujet de la cause des explosions de Galaxy Note 7 qui ont mis fin à la vente du smartphone, une entreprise d’ingénierie a également mené sa propre étude.

>>> Retrouvez notre comparatif des meilleurs smartphones

Cela fait désormais deux mois que le Galaxy Note 7 a été retiré de la vente, rapidement après sa commercialisation. Si l’on a d’abord pu penser que la phablette de Samsung était sujette à des explosions intempestives à cause de batteries mal conçues, la théorie a finalement été rejetée lorsqu’après avoir changé de fournisseurs, de nouveaux smartphones ont été soumis au même problème. Après avoir rappelé tous les Note 7 à travers le monde, Samsung a finalement lancé une enquête interne afin de connaître les causes de ces accidents. Si les résultats de cette enquête pourraient être dévoilés d’ici la fin du mois, une autre entreprise, Instrumental, a également étudié les problèmes liés à ces incidents.

Selon l’entreprise d’ingénierie, ce ne serait pas les batteries qui seraient directement en cause, mais la conception même du Galaxy Note 7. La batterie serait en effet soumise à trop de pression à l’intérieur du châssis du smartphone.  « Lorsque la batterie est chargée et déchargée, le processus chimique pousse le lithium à se déplacer et la batterie va se gonfler mécaniquement. N’importe quel ingénieur de batterie vous dira qu’il est nécessaire de conserver un pourcentage de vide au-dessus de la batterie. 10 % est une estimation, mais peu à peu, la batterie va prendre cette place », explique Anna Shedletsky, PDG de Instrumental. Or, selon elle, Samsung n’avait pas prévu d’espace suffisant pour permettre à la batterie de gonfler : « Notre exemplaire vieux de deux mois n’avait aucun vide. La batterie avait une épaisse de 5,2 mm d’épaisseur dans un espace de 5,2 mm. Il y aurait dû y avoir un vide de 0,5 mm ». Or, si la batterie ne peut pas gonfler, les couches positives et négatives de la batterie peuvent rentrer en contact, causant ainsi des chaleurs excessives et potentiellement des explosions.

Samsung de son côté n’a toujours pas dévoilé les résultats de son étude interne. Selon le quotidien Korea Herald, ils devraient être dévoilés publiquement d’ici la fin de l’année. Ils devraient surtout permettre au géant coréen de ne pas réitérer les mêmes erreurs pour son prochain smartphone haut de gamme, le Galaxy S8 attendu au début de l’année prochaine.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire