[IFA 2014] Le Samsung Galaxy Note 4 est officiel

L’IFA est traditionnellement le salon durant lequel Samsung dévoile les nouvelles générations de sa célèbre phablette, le Galaxy Note. Un après le Note 3 donc, voici que le constructeur coréen lance le Galaxy Note 4. L’appareil arbore un design qui évolue légèrement, notamment au niveau des bords. Il s’alourdit (179 grammes contre 168), mais le métal s’invite enfin, sous la forme d’un liseré qui entoure élégamment le téléphone. C’est en tout cas mieux réussi que la coque arrière qui reprend l’aspect cuir introduit sur le Galaxy Note 3. Nous n’étions pas convaincus à l’époque, la faute à une esthétique douteuse et une finition indigne. Espérons que ces points aient changé.

Lire : [Test] Samsung Galaxy Note 3 : la référence des phablettes ?

Comme prévu par les nombreuses rumeurs, l’écran ne voit pas sa taille augmenter par rapport à son prédécesseur, une première dans l’histoire de la gamme. Le Note 4 « stagne » alors à 5,7 pouces, une diagonale déjà généreuse. Samsung oblige, la dalle est de type Super AMOLED, garantissant des couleurs éclatantes. Si la taille ne bouge pas, la définition bénéficie elle d’une belle augmentation. À l’instar de G3 de LG, Samsung introduit le Quad HD, c’est-à-dire 2560 x 1440.

Un monstre de puissance

En terme de performance, le célèbre constructeur coréen n’a pas fait les choses à moitié. Une solution Qualcomm a été retenue, mais pas n’importe laquelle : la plus puissante puce du catalogue, le Snapdragon 805 cadencé à 2,7 GHz ! Il s’accompagne de 3 Go de mémoire vive, mais surtout de la puce graphique Adreno 420, annoncée 40 % plus performante que l’Adreno 330 des Snapdragon 801. Il n’en faut pas moins pour animer sans encombre l’importante quantité de pixels en plus due au Quad HD. La batterie évolue relativement peu sur la contenance, passant de 3200 à 3220 mAh, mais Samsung assure qu’il ne suffit que de 30 minutes pour retrouver 50 % d’autonomie. Enfin, la dernière génération de réseau 4G (cat6) est supportée. Les débits annoncés par la 4G+ par les différents opérateurs — dépassant les 200 Mbit/s — pourront être vérifiés.

Lire : [Test] Samsung Galaxy S5 : la perfomance ne fait pas tout

La partie photo a fait l’objet d’une attention particulière, particulièrement à l’avant. Un capteur 3,7 mégapixels a été implanté et un mode spécifique pour les selfies fait son apparition : le Wide Selfie. Il s’agit ni plus ni moins que d’un panorama exploitant la caméra frontale, pratique pour les clichés de groupe par exemple. À l’arrière, un capteur 16 mégapixels se loge au-dessus du flash, à côté duquel trône le détecteur de fréquence cardiaque repris du Galaxy S5. Grande nouvelle, l’appareil placé au dos est enfin doté d’un stabilisateur optique. Cette technologie, utilisée depuis plusieurs années chez Nokia ou LG, améliore considérablement le rendu des vidéos, mais profite également à la luminosité des photos, surtout lorsque la lumière vient à manquer.

Le S Pen, le clou du spectacle

Le stylet S Pen, grande spécificité de la gamme Galaxy Note, est une fois de plus mis à l’honneur. Son dessin a été revu, tout comme ses possibilités de reconnaissances : pression, inclinaison, rotation, vitesse… autant de paramètres qui vont permettre d’affiner sa précision. Son intégration au système est encore plus poussée, à tel point que durant sa présentation, la quasi-totalité des interactions s’est faite par son biais. L’OS, toujours signé Google (Android 4.4 KitKat), est recouvert de la traditionnelle surcouche maison. Il incorpore par exemple Air Command, un menu de raccourci dédié au S Pen. Depuis ce dernier, l’utilisateur peut à tout moment faire des captures d’une partie de l’écran en décrivant la zone à l’aide du stylet.

Le multitâche bénéficie au passage de plusieurs améliorations. Sur certains appareils de la marque, l’écran pouvait se départager en deux parties pour laisser fonctionner autant de logiciels. Désormais, Samsung permet de réduire la taille d’une tâche en mode fenêtré et de le déplacer librement sur son affichage d’un geste simple. On peut aller jusqu’à la transformer en une seule icône flottante, dans le même esprit que les bulles de conversation de l’application Facebook Messenger.

Samsung a donc comme à son habitude travaillé sur de nombreuses fonctionnalités visant à rendre le Galaxy Note 4 unique face à la concurrence. Espérons simplement que, contrairement au Galaxy S5, la pléthore d’innovation ne va pas prendre le risque de noyer l’utilisateur lambda. Ni le prix, ni la disponibilité n’ont pour l’instant été annoncé, mais compte tenu de ses capacités, il faut s’attendre à ce que le Galaxy Note 4 tutoie les 800 euros.

Retrouver toute l'actualité de l'IFA 2014

Lire : Smartphone : lequel acheter ? Comment choisir ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire