Des scanners corporels retirés des aéroports américains

L'agence nationale américaine de sécurité dans les transports (TSA) a mis un terme à son contrat avec Rapiscan Systems, le principal fabricant de scanners corporels déployé dans bon nombre d'aéroports américains. Ces machines fonctionnent grâce à une faible dose de rayonnement X qui permet de voir absolument tous les objets qu'une personne porte sur elle, mais aussi cette personne à nue.

Ce problème est la raison principale des nombreuses attaques à son encontre, sans parler des risques de cancers provoqués par le rayonnement. Certes, l'image n'est pas observée directement par l'officier présent pendant le scanner, mais dans une salle spécifique. Sauf que des témoignages d'anciens officiers indiquent que des débordements et moqueries pouvaient se produire dans ces fameuses salles.

La TSA a alors demandé au constructeur Rapiscan de mettre à jour le logiciel de son scanner afin de garantir au maximum la vie privée des passagers. L'objectif de cette mise à jour était donc de réduire l'effet "nu" des personnes passant dans le scanner. Sauf que la société ne semble pas en mesure de produire cette mise à jour avant le mois de juin, date limite imposée par la TSA, d'autant plus qu'une tentative de fraude aurait été constatée lors d'un test.

Soixante-seize machines ont été déjà retirées des aéroports, les cent soixante-quatorze restantes devraient donc subir le même sort. À la place, des scanners de la société L-3 Communications seront déployés. Ces derniers fonctionnent quant à eux avec des ondes millimétriques.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire