Cette machine pourrait extraire l'eau dans l'air, même dans le désert

 

Des scientifiques du MIT et de UC Berkeley auraient créé une machine permettant d’extraire l’eau dans l’air. L’équipe dirigée par Evelyn Wang, qui avait soumis le concept au magazine Science dès l’année dernière, a affirmé avoir peaufiné son appareil et effectué des essais concluants. Bien qu’il existe déjà des procédés pour extraire l’eau dans notre atmosphère, ceux-ci se révèlent trop gourmands en énergie et inadaptés aux populations qui en ont le plus besoin (les techniques de condensation ne sont pas utilisables dans le désert, car l’hygrométrie y est trop faible, par exemple).

L’appareil révolutionnaire de ces chercheurs fonctionne de façon passive (pas besoin d’énergie) et dans des régions désertiques, à l’hygrométrie extrêmement faible. Le secret de l’appareil réside dans un nouveau type de matériau poreux. Il s’agit d’une structure de squelette organométallique (ou MOF) qui peut aspirer les molécules d’eau et les stocker dans ses alvéoles pendant la nuit. Les rayonnements du soleil entrainent la condensation des molécules, qui donnent ensuite de l’eau. L’équipe estime qu’il faut quatre kilogrammes de MOF pour générer un litre d’eau.

Démonstration : aspirer l'eau dans l'air

L’accès à l’eau potable est un enjeu si important qu’il peut déclencher des guerres dans certaines régions du monde. L’objectif de l'équipe est désormais de rendre le système plus efficace et productif, afin qu’il puisse bénéficier au plus grand nombre.

>> À lire : La science, source de photos choc

>> Plus : Au MIT, on fabrique des tatouages vivants

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire