Cyberenvironnement : des chiffres inquiétants

Non, il ne s'agit pas du récent doublement de la capacité d'éolienne Canadienne, mais de l'enquête NETendances réalisée par le CEFRIO qui retient l'attention. Aux conférences du 10 et 17 février à Montréal, le Centre Francophone de Recherche en Informatisation des Organisations nous dévoile un « Portrait de l’utilisation d’Internet et du profil de l’internaute ». Et dans le cas du surfeur Québécois, presque une personne sur deux a déjà été victime d'une cyber attaque.

Un usager maladroit

Précisément 46% des sondés ont déclaré avoir été la cible d'une nuisance tel un ver informatique, un virus, un logiciel-espion ou un cheval de Troie. Un résultat étonnant qui contraste avec les 90% d'amateurs du Web qui déclarent utiliser au moins un antivirus ou un pare-feu. « Les gens ne savent peut-être pas comment protéger efficacement leur système.» suggère Éric Lacroix, responsable de l'étude au CEFRIO. Derrière cet euphémisme se cache une réalité : sous l'OS le plus populaire au monde les experts en sécurité s'accordent pour dire qu'un antivirus doublé d'un pare-feu constitue juste le minimum de la prévention, et recommandent en plus des logiciels anti-malewares. À cela s'ajoute l'importance des mises à jour fréquentes du système d'exploitation et des softs utilisés, l'utilisation de programmes réputés pour leur sûreté, notamment pour la protection et la navigation, et bien sûr le bon sens de l'utilisateur.

Un bon sens qui pourrait faire défaut à la pluspart des internautes puisque la majorité des contaminations se font par e-mail et que 3,4 millions d'adultes s'adonnent régulièrement à la messagerie électronique. De plus, un autre phénomène a fait parler de lui pour s'être développé rapidement sur la toile.

Le piratage toujours tabou

Malgré une attitude moins agressive des autorités canadiennes par rapport à celle de leurs voisines directes, le téléchargement illégal de fichier reste un problème de société. Certes, 20% avoue avoir déjà téléchargé ou écouté de la musique sur Internet, mais très peu laissent échapper si les morceaux étaient protégés par les droits d'auteurs ou non. «Les gens sont gênés», renchérit Lacroix, «Pourtant, quand on regarde l'utilisation de la bande passante, on se rend compte que les niveaux sont très élevés. Des outils de téléchargement comme BitTorrent connaissent une croissance incroyable».

Les copies illicites sont bien un sujet d'actualité internationale, même si on regrette que comme souvent, la distinction entre télécharger une oeuvre et le faire illégalement reste abordée de manière floue.

Source : Technaute
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Melkior@IDN
    le premier problème de sécurité d'un ordinateur est l'utilisateur!
    0
  • djamblade
    Un pc ne rencontre pas de probleme tant qu'il n'est pas allumé lol

    L'interface utilisateur reste et sera toujours a upgrader de toute facon!

    Pour le telechargement, c'est un debat qui ne prendra jamais fin compte tenu que les "gros-pleins-de-sous" ne voudront pas rendre la culture accessible a tous!!!

    ;-)
    0