SFR traîne Orange devant les tribunaux à cause de la fibre optique

SFR attaque en justice son concurrent Orange à propos du déploiement de la fibre optique : l'opérateur voudrait en effet revenir sur un accord signé  en 2011 et obtenir une plus grosse part du gâteau. Alors qu'Orange estime, dans le même temps, que SFR n'arrive pas à tenir à la cadence sur la couverture qui lui a été impartie.

L'accord avait été signé il y a plus de cinq ans déjà et stipulait qu'Orange devait déployer la fibre optique dans les zones à moyenne densité à hauteur de 76,5% (7,5 millions de logements). SFR, de son côté, devait s'occuper des 23,5% restants (2,3 millions de logements). Mais voilà, entre temps, SFR a fusionné avec Numericable et a revu ses ambitions à la hausse. Car aujourd'hui, l'entreprise s'estime lésée et voudrait prendre en charge 50% des zones concernées. SFR prétend par ailleurs qu'Orange fait la sourde oreille pour renégocier l'accord : l'affaire traînerait depuis deux ans, sans trouver d'issue favorable. C'est pourquoi SFR vient donc d'assigner son rival devant le tribunal de commerce de Paris.

>> Fibre optique : quel est le meilleur forfait ?


En parallèle de quoi Orange estime que SFR n'a de toute façon pas réussi à tenir ses propres engagements de couvrir les 23,5% qui lui étaient impartis. Selon les Echos, SFR n'aurait actuellement couvert que 10% des zones concernées, et c'est Orange qui aurait alors procédé à l'installation de la fibre optique dans certaines zones. « Désormais SFR vient expliquer qu'il serait bloqué par Orange... C'est une présentation à front renversé. Ils sont responsables de cette situation. C'est eux qui sont en retard » l'a expliqué Orange au site Les Echos.

>> Fibre optique : une appellation enfin contrôlée

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Hercule12
    Si l'on prend en compte que SFR appartient à Altice, que Altice appartient à Patrick Drahi grand ordonnateur du nouveau messie Emmanuel Macron, que ORANGE a pour PDG Stéphane Richard que la justice voudrait à tout pris prendre comme bouc émissaire dans l’arbitrage de l’affaire Tapie, on peut se demander quelle sera la décision d'une justice qui nous a appris qu'elle n'est pas pour le moins impartiale et surtout sujette à caution. Affaire à suivre avec intérêt.