Entente illicite à la Silicon Valley : pas touche au cerveaux !

Le département américain de la justice vient de rendre les conclusions de son enquête sur les pratiques à l’embauche des plus grandes sociétés de la Silicon Valley. Il en ressort que plusieurs de ces entreprises, dont Apple, Adobe, Lucas Film, Pixar ou encore Google, se seraient entendues pour ne pas débaucher entre elles leurs meilleurs employés, parfois au détriment de ces derniers.

C’est une plainte déposée par un ancien ingénieur de Lucas Film qui a poussé le département américain de la justice à mener une enquête approfondie. Ce dernier s’était déjà penché sur la question en 2010, soupçonnant déjà de telles pratiques illicites entre ces différents acteurs. Mais cette plainte en recours collectif a mené l’affaire un peu plus loin. Il en ressort qu’entre 2005 et 2010, ces entreprises se seraient entendues pour ne pas se débaucher mutuellement leurs ingénieurs, évitant ainsi une guerre des salaires qui aurait permis aux ingénieurs en question de négocier leur rémunération.

On trouve par exemple dans le rapport des échanges de mails entre Steve Jobs et la direction d’Adobe dans lesquels ils se mettent d’accord sur ce principe. Dans un autre message, le PDG de Palm indique son refus d’une pratique qu’il considère comme « mal et potentiellement illégale ». Le tribunal de San Jose en Californie traitera cette affaire le 26 janvier prochain.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • canard0
    "parfois au détriment de ces derniers", comment ca parfois? toujours oui !!!!
    chaque fois qu'il y a entente, restrictions de concurrence c'est au detriment du consomateur (ici le salarié)
    0