Skype : Microsoft fixe un énorme bug en 4e vitesse

Mardi dernier, un bug majeur a été découvert et mentionné sur le forum de Skype par un utilisateur du logiciel de messagerie instantanée de Microsoft. En cause ? Le simple fait d'écrire les 8 caractères http://: entraine un plantage complet du logiciel. Impossible de le relancer par la suite, puisque Skype conserve un historique de toutes les conversations sur le Cloud. Le service technique de Microsoft n'aura pas été long à réagir, puisqu'un correctif est déjà disponible.

En un peu plus de 24 heures, Microsoft a donc corrigé le bug du "http://:" (sans les guillemets). En entrant dans un message cette succession de caractères qui ressemble presque au début d'une URL classique, le logiciel plante littéralement tant du côté du destinataire, que de celui de l'expéditeur du message. Lorsqu'on le relance, il continue de faire des siennes : Skype stocke en effet tous les messages sur le Cloud, et charge les plus récents instantanément à l'ouverture. En conséquence, même une désinstallation et une réinstallation du logiciel ne résolvent en rien le problème. Celui-ci concerne la version "logicielle" de Skype pour Windows, mais également les applications iOS, Android et même celle de Mac OS X selon le test réalisé avec l'aide de nos confrères de Tom's Hardware (voir vidéo ci-dessous). La version Modern UI de Windows semble être épargnée.

Si certains utilisateurs ont trouvé la parade en désinstallant le logiciel et en réinstallant une édition antérieure, Microsoft a finalement livré un correctif. Celui-ci est inclus dans la toute dernière mise à jour du programme, qu'il convient donc de télécharger à l'adresse www.skype.com/download. Voilà un bug qui méritait un correctif immédiat, et qui montre que Microsoft sait faire preuve d'une grande réactivité (mais pas toujours, diront certains).

La version Mac OS X de Skype plante, comme celle de Windows.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire