2013 : la mort de la souris

Selon Steve Prentice, analyste chez Gartner, la souris n’est plus adaptée aux usages d’aujourd’hui et devrait disparaître d’ici à trois ou cinq ans pour laisser place à de nouvelles innovations en la matière.

Mort programmée

Pour l’analyste, « la souris remplit encore son office pour les applications de bureau, mais lorsqu’il s’agit du divertissement domestique ou de l’utilisation avec un ordinateur portable, c’est fini. » Pour remplacer ce périphérique vieux de plus de 40 ans, Steve Prentice verrait un système de reconnaissance faciale comme ceux mis au point par Panasonic, Sony ou encore Canon.

L’alternative

Le procédé de Panasonic repère le visage, s’il est joyeux ou non et la personne à qui il appartient. Dès lors, le système affiche le menu du sujet à l’écran et il est possible d’y naviguer avec une simple main, sans télécommande, le système repérant les mouvements de l’utilisateur.

Logitech n’est pas du même avis

Néanmoins, tous les acteurs de l’informatique ne sont pas d’accord avec l’analyse de Gartner. Pour Rory Dooley, vice-président du département des périphériques de contrôle de Logitech, « la mort de la souris est grandement exagérée. » Bien entendu, Logitech, comme d’autres fabricants, a tout intérêt à ce que la souris survive. En 20 ans d’existence, cette firme a écoulé plus de 500 millions de « mulots ». Néanmoins, Rory Dooley sait bien que de plus en plus de gens se tournent vers le tactile et l’interaction directe avec la machine.

Quid des jeux vidéo

On peut tout de même douter de la pertinence entière de la déclaration de Steve Prentice. Une caste montante de l’informatique utilise encore énormément la souris et pas que pour travailler. Il s’agit bien entendu des joueurs. Et bien que le jeu sur ordinateur soit au creux de la vague ces temps-ci, il reste le gaming de haut niveau, les jeux de rôle massivement multijoueurs (MMORPG) et les Counter-Strike et autre Call of Duty qui cartonnent toujours autant sur la Toile.

Pour la petite histoire

Pour référence, la souris est née il y a 40 ans des mains du Docteur Douglas Engelbart lorsqu’il travaillait à l’Institut de Recherche de Stanford. L’anecdote veut qu’il n’ait jamais touché de royalties pour son invention, son brevet étant arrivé à échéance en 1987, soit bien avant que la souris devienne un outil indispensable.