Spotify veut rémunérer les artistes indépendants sans passer par la case maison de disque

Le géant du streaming musical, Spotify, aurait commencé à proposer des avances financières à divers artistes indépendants. Les musiciens concernés licencieraient directement leur musique à la plateforme de diffusion. Spotify se transformerait-il en maison de disque ?

Cette transaction permettra aux musiciens (ou plutôt leurs managers ou sociétés de gestion) de recevoir des avances jusqu’à hauteur de 50 % des revenus générés par la diffusion de leurs morceaux sur la plateforme. Lorsque l’on sait que dans le système actuel, les maisons de disque touchent 54 % des recettes générées par le streaming, et qu’elles n’en reversent que 20 à 50 % aux artistes, on imagine l’attrait que peut avoir ce nouveau type de contrat auprès des artistes.

Spotify ne peut cependant pas se transformer en maison de disque. D’une part, les contrats signés avec les grandes maisons de disques empêchent légalement la compagnie de « faire une concurrence significative » à Sony, Universal et Warner, ce qui limite la portée de ces accords aux artistes indépendants ou inconnus, et par ailleurs, elle ne possèdera ni droits d’auteur, ni contrat d’exclusivité avec les artistes. De l’avis des experts de l’industrie musicale, l’offre de Spotify est avant tout attrayante de par sa flexibilité. En effet, les artistes et leurs managers pourront licencier les mêmes œuvres sur d’autres plateformes, au cas par cas. Ce genre d’accord direct, que la concurrence a déjà expérimenté avec des succès mitigés, permettrait à Spotify de réduire ses coûts, l’entreprise ayant perdu 400 millions d’euros l’an dernier (pour un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros).

>> À lire : Apple Music, Spotify, Deezer... Quel est le meilleur service de musique en ligne ?
>> Plus : Spotify voudrait se lancer dans les enceintes intelligentes

Posez une question dans la catégorie News du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire