Circinus, la firme qui utilise les réseaux sociaux pour aider les régimes autoritaires

D’après Intercept, Circinius, une entreprise spécialisée dans les outils de surveillance dont le dirigeant est un proche de l’actuel président étasunien, n’hésiterait pas à proposer ses services à des gouvernements autoritaires et autres États voyous.

D’après les documents que se sont procurés les journalistes, Circinius s’apprêtait à vendre des outils de surveillance des médias sociaux à la Tunisie et aux Émirats arabes unis, des pays notoirement connus pour réprimer durement la moindre expression dissidente. Les logiciels de Circinius recueillent les informations publiques disponibles sur Facebook et de Twitter afin d’identifier les potentiels fauteurs de troubles et « détracteurs » du régime.

Non seulement la société met ces outils à la disposition des régimes autoritaires (ou non), mais en plus, elle en assure le service après-vente. La compagnie se targue ainsi de pouvoir anonymiser l’utilisation de ses logiciels, de sorte que personne ne puisse repérer le commanditaire de la surveillance. Intercept a demandé des éclaircissements à Circinius sur cette collaboration avec des gouvernements antidémocratiques. La compagnie a répondu qu’elle « avait mis en place un rigoureux programme de conformité et qu’elle se concentrait surtout sur les acteurs extérieurs tels que les extrémistes et les gouvernements étrangers hostiles ». La vente de logiciels de surveillance à des gouvernements étrangers n’est donc pas interdite, mais elle n’est pas non plus complètement autorisée. Une zone grise grâce à laquelle prospèrent des firmes telles que Circinius, et qui met en danger la vie de milliers de dissidents et de lanceurs d’alerte.

>> À lire : Antivirus : quelle est la meilleure suite de sécurité ?
>> Plus : 
La Chine va équiper toutes ses voitures en puces RFID

Posez une question dans la catégorie News du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire