Télé2 : plus de clients, moins d'argent

Infos-du-Net.comLa société suédoise a publié ses résultats annuels et ses investissements impactent fortement sur ses bénéfices qui accusent une baisse de 31%. Présent dans 24 pays du continent, le géant des télécommunications discount a pourtant engrangé quelque 5,3 milliards d'Euros en 2005, soit 16% de plus que l'an passé. Certes, une marge de 249 millions d'euros ne fera pas rougir l'opérateur, mais elle traduit bien l'évolution technologie incessante du marché.

Un secteur instable

De tels changements s'expliquent par un développement très dynamique dans le domaine du transport de l'information. En Russie, le chiffre d'affaire a bondi à 126%, en Europe centrale, 60%. Les rachats se succèdent, comme avec le Néerlandais Versatel, qui influence l'augmentation du CA de 55 % au dernier trimestre aux Benelux et UK, ou avec Comunitel en Espagne. En Europe du Sud, France incluse, tout n'est pas si rose. Malgré la multiplication par presque 3 du nombre de clients sur l'offre de téléphonie mobile, l'EBITBA (chiffre d'affaire avant retrait des charges et impôts) affiche une baisse de 88% .

Pourtant, l'hexagone a une influence positive sur ces résultats puisqu’elle participe à 110.000 des 166.000 consommateurs qui ont rejoint le groupe dans cette zone géographique. Ca n'a rien d'étonnant, la firme y étant très bien implantée comme le souligne Olivier Anstett, le directeur général adjoint de Tele2 France : "Des efforts publicitaires et marketing très importants ont été réalisés pour faire connaître notre offre mobile depuis son lancement en juin".

Devant revoir ses objectifs à la baisse pour cette année, Tele2 va-t-il suivre Free dans sa fermeture du service de téléphone gratuit vers certains concurrents ? Aucune déclaration ne filtre, mais il est clair qu'un modèle économique nouveau avait vu le jour avec de tels acteurs, et qu'il commence à montrer ses premières limites.

Voir les offres de Télé2

Source : JournalDuNet
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire