Le "texto" appartient à tout le monde !

Le jugement en appel est finalement tombé dans l’affaire concernant les fameux textos de SFR. Si l’opérateur a pu déposer, en 2001, ce petit mot de cinq lettres lors de l’émergence du SMS en France, il est désormais obligé d’en autoriser l’utilisation sans limite, aussi bien par les utilisateurs que par ses concurrents.

Texto ou SMS, même combat

L’affaire remonte en 2008, alors que SFR est excédé de voir utilisé à outrance le mot « texto », qu’il a déposé en 2001. En cause, la société Onetexto, spécialisée dans la publicité par SMS. En février 2008, le Tribunal de Grande Instance de Paris a estimé invalide la plainte de l’opérateur, soulignant que le mot « texto » est depuis longtemps passé dans le langage commun pour désigner un SMS. Sûr de lui, l’opérateur fait appel et devra attendre un an et demi le verdict de la cour d’appel de Paris. Celle-ci a pourtant confirmé le premier jugement, indiquant que la marque « texto » est « nulle pour défaut de distinctivité ».

Finalement, SFR va devoir s’acquitter de la somme de 10 000 euros à la société Onetexto, et retirer dans la foulée les mentions de copyright concernant le nom « texto ».

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Super_baloo8
    En même temps, comment déposé un adverbe ...
    1
  • Anonyme
    C'est un verbe : Je textote, tu textote, nous textotons ...
    1
  • maitrekanter59
    J'étais plutôt d'accord avec SFR dans la démarche: c'est cette société qui a lancé la "marque" texto et c'est effectivement depuis lors que ce mot est devenu commun. Si on lit bien l'article il indique que le jugement rendu en 2008 déclarait que texto était passé dans le language commun. Il ne l'était pas en 2001.
    1