Le gouvernement américain voudrait savoir qui sont les visiteurs d'un site anti-Trump

Lundi 14 août, Dreamhost, la référence américaine en hébergement web, a publié un contentieux administratif concernant une demande du ministère de la Justice afin d’obtenir des informations sur l’identité d’environ 1.3 million d’internautes qui ont fréquenté le site disruptj20.org. Un mandat aurait été présenté le 17 juillet dernier à l’hébergeur par le ministère.

« Un exemple d’abus de pouvoir »

Parmi les informations demandées, il aurait été fait mention des adresses IP, de l’appareil utilisé et du moment de passage sur le site créé pour l’organisation des manifestations anti-Trump. Pourtant, connaître l’adresse IP d’un appareil connecté permet au gouvernement de localiser et d’identifier son utilisateur. Pour l’entreprise, il s’agit d’une demande « alarmante » et « un exemple d’abus de pouvoir de la part du gouvernement ». « Ces informations peuvent être utilisées pour identifier toute personne qui est allée sur ce site pour exercer et exprimer sa liberté d’expression politique, protégée par la Constitution » a fait savoir Dreamhost sur son site.

>>> Lire aussi Donald Trump s’attaque une nouvelle fois à Amazon

Pour Mark Rumold, l’avocat auprès de l’Electronic Frontier Foundation, l’ONG américaine de défense des libertés numériques, il a affirmé au Guardian ne voir « aucune justification légitime » à la procédure. Par ailleurs, dans son article, le quotidien londonien a rappelé un fait similaire où l’administration Trump avait tenté d’obtenir des informations sur un compte Twitter très critique. C’était au mois d’avril dernier.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire