Suspendu de Twitter pour avoir harcelé sexuellement... le tigre des céréales Frosties

Depuis quelques années, un groupe d’internautes a pris pour cible Tony, l’emblème des céréales Frosties, sexualisant la mascotte. Twitter a finalement réagi cette semaine en suspendant le compte de l’un de ces « furries ».

Sur Internet, les furries sont des personnes qui, souvent au second degré, vont sexualiser des animaux anthropomorphiques. Il s’agit bien souvent d’une blague, mais elle ne semble pas avoir fait rire l’industriel Kellogg’s. Depuis quelques années, les furries s’en prennent régulièrement au compte Twitter @realtonytiger, celui des céréales Frosties, envoyant des messages à caractère sexuel, des détournements visuels du tigre dans des positions explicites, ou des propositions sans équivoque.

Une tendance si importante qu’en janvier 2016, le compte Twitter de la marque avait dû publier un message incitant les internautes à arrêter d’envoyer ce type de tweets : « Je suis d’accord pour que vous montriez vos rayures, vos plumes, etc. Mais gardons ça bien sous tous rapports et appréciable par toute la famille si possible ». Un message qui n’a pas empêché les internautes de continuer à s’amuser, tant et si bien que Twitter a finalement suspendu l’un de ces internautes, comme le raconte Buzzfeed.

Après avoir envoyé le message « Je baiserais bien ce tigre », @Boivin a en effet reçu une notification du réseau social lui expliquant que les fonctions de son compte avaient été limitées et que, durant une semaine, il ne pourrait plus envoyer que des messages privés. Une première de la part de Kellogg’s, qui se contentait jusque-là de simplement bloquer les comptes Twitter des furries, mais n’avait pas encore obtenu la suspension d’un compte après l’avoir signalé à Twitter.

Comme l’explique Buzzfeed, « la suspension de Boivin est également bizarre compte tenu des critiques que Twitter a reçues récemment pour n’avoir pas su gérer les discours de haine et d’extrémisme ». Par ailleurs, le réseau social est régulièrement critiqué pour ne pas agir dans des vrais cas de harcèlement sexuel, qui concernent cette fois des personnes bien réelles.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • tomcat75
    C'est surtout que dans ce cas d'espèce, il s'agit d'une grosse entreprise qui possède des moyens de lobbying puissants. Alors peu importe qu'il s'agisse de blagues potaches, cela sera plus sévèrement sanctionné que de vrais abus sur de vraies personnes qui n'ont pas ces moyens !