Les USA veulent reprendre le contrôle des routeurs infectés

Un juge fédéral en Pennsylvanie a donné au FBI la permission de saisir un domaine Internet utilisé par un groupe de hackers appelé Sofacy pour contrôler les dispositifs infectés. Grâce à cette autorisation, une connexion entre ces appareils et un serveur contrôlé par le FBI est établie. Les localiser devient ainsi plus facile et il ne reste plus qu’à communiquer les informations aux autorités du monde entier pour que les logiciels malveillants puissent être retirés de l’équipement infecté.

John Demers, procureur général adjoint à la sécurité nationale, a précisé dans un communiqué que : "cette opération est la première étape dans la perturbation d'un réseau de botnet qui fournit aux acteurs de Sofacy un éventail de capacités qui pourraient être utilisées à diverses fins malveillantes comme la collecte de renseignements, le vol d'informations ou les attaques destructrices".

Cisco a tiré la sonnette d’alarme

Le gouvernement américain a annoncé ses efforts après que Cisco Systems a publié un rapport sur la campagne de piratage informatique qui ciblait les routeurs fabriqués par les grandes marques du secteur. Certains comme Netgear et Linksys ont conseillé à leurs clients de s'assurer que leurs dispositifs sont patchés avec la dernière version de leur firmware.

Le plus grand nombre d'infections par le malware VPNFilter concerne l’Ukraine. Une fois informés, les responsables du SBU (services secrets ukrainiens) ont affirmé que la Russie préparerait une grande attaque avant la finale de la Champions League prévue à Kiev samedi prochain. Face à cette accusation, les autorités russes n’ont pas répondu aux questions des journalistes.

>>> Les JO d'hiver victimes d'une cyberattaque dès la cérémonie d'ouverture

Posez une question dans la catégorie News du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire