Vevo : Universal lance son YouTube musical

Les majors tentent de reprendre la main sur leur contenu disponible sur Internet. Universal, suivi par Sony et EMI, vient de lancer Vevo, une plateforme vidéo se présentant comme le MTV du Web.

L'Europe en 2010

Pour Doug Morris, patron d’Universal Music, les choses sont claires : «Pour la première fois, l'industrie musicale a une chance de repasser à l'offensive, de contrôler son destin ». Avec des ventes en baisse de 10 à 20 % tous les ans depuis cinq ans, les maisons de disques ont du pain sur la planche.

Ouverte en Europe seulement courant 2010, la plateforme déjà disponible aux USA utilise le savoir-faire technique de YouTube qui y redirigera ainsi une partie de son trafic. Les majors comptent gagner de l’argent en vendant cette audience à des annonceurs qui hésitaient jusqu’à présent à investir dans YouTube, site dont une grande partie du contenu vient des internautes, donc difficilement maitrisable.

Le visionnage de vidéo sera gratuit, mais les actionnaires (au sein desquels figure l’émirat d’Abou Dhabi), réfléchissent déjà à y vendre des places de concert, mais également des abonnements premium pour du contenu exclusif.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • brakbabord
    La bonne nouvelle c'est qu'ils commencent enfin à s'adapter, ils ont trouvé le moyen de gagner de l'argent tout en proposant la gratuité à leur public.

    La mauvaise nouvelle c'est qu'il faut s'attendre à du format flash, et à défaut des flux bourrés de DRM.
    Et bien sûr les autres services d'hébergement de vidéos seront sûrement écumés pour retirer tout contenu non réglo.
    1
  • jun2
    Citation:
    La bonne nouvelle c'est qu'ils commencent enfin à s'adapter, ils ont trouvé le moyen de gagner de l'argent tout en proposant la gratuité à leur public.


    Ne mettons pas la charrue avant les boeuf...
    On le voit bien, la presse n'arrive pas à se financer grâce à la pub et reviens de plus en plus sur des modèles payant. Les processes de fabrication ne sont pas les mêmes bien sur, mais on a des couts de prod entre ceux de la musique et du cinéma. Bien sur par presse, j'entends la grande presse avec un vrai travail d'investigation, et non pas des quotidien se contentant de retaper des dépêches AFP.

    Pour le moment, on ne voit qu'un type d'entreprise qui gagnent de l'argent grâce à la pub sur internet : les régie publicitaires...
    0