Les voyages dans l'espace changent la forme du cerveau des astronautes


L’être humain est habitué à vivre dans un environnement avec une gravité. Dans le cas contraire, l’affaiblissement des os, l’atrophie des muscles et la détérioration de la vision surviennent d’après les études des médecins et des scientifiques. Mais le voyage dans l’espace peut réserver des surprises. Récemment, il a été prouvé que l’astronaute américain Scott Kelly a rajeuni après avoir passé 340 jours sur la Station spatiale internationale (ISS). Concernant l’impact sur le cerveau, voici ce qui en est ressorti d'une étude sur 26 astronautes.

Changement de forme

L’analyse IRM a permis de conclure que certaines parties du cerveau se développaient alors que d’autres se contractent. L’étude a été conduite par Rachael Seidler, professeur de kinésiologie et de psychologie à l'Université du Michigan. La scientifique pense qu’il y aurait une modification de la répartition du liquide céphalo-rachidien à cause du manque de gravité. « La gravité n'est pas disponible pour attirer les fluides vers le bas dans le corps », a expliqué Rachael Seidler. « Cela peut entraîner un changement de position du cerveau ou une compression. »

En tout cas, les régions du cerveau qui se sont développées sont responsables de la commande de la partie inférieure du corps. Les scientifiques s’interrogent aujourd’hui si ces changements deviennent définitifs une fois que les astronautes vivent de nouveau sur Terre.

> > > Lire aussi SpaceX se remet de son accident et accélère les lancements

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire