Windows 7 : le patch qui n'aurait pas dû voir le jour

Le 30 septembre, Microsoft a déployé une mise à jour pour Windows 7 qui n’aurait jamais dû atteindre les utilisateurs finaux. Erreurs et plantages n’ont pas tardé à toucher les PC concernés. Une belle débacle qui a fait couler beaucoup d’encre sur les forums, jusqu’à ce que Microsoft communique enfin sur ce qui est en fait une erreur de manipulation.

Microsoft a en réalité « publié par erreur une mise à jour test », a-t-il déclaré via un porte-parole, douze heures après l’apparitions des premiers symptômes. La firme de Redmond a ajouté qu’elle était « en train de la supprimer. » Côté consommateur, l’histoire a débuté avec l’apparition d’une mise à jour considérée comme « importante » par Windows Update. Identifiée sous le nom « Windows Language Pack », elle ne pesait que 4,3 Mo.

Une poignée de mégaoctets qui a suffit à mettre la pagaille dans bon nombre de machines sous Windows 7. Certains se sont plaints d’erreurs d’installation, d’autres plus suspicieux, s’interrogeait au sujet de la date de parution du patch, fixée au 27 mars 2013. Un indice bien peu rassurant. Enfin, quelques chanceux, n’ont pu télécharger la mise à jour. S’étant aperçu du problème, Microsoft avait directement bloqué son accès, mais elle apparaissait toujours dans le centre de sécurité de son système.

La longue liste des bugs de mise à jour Windows

Ce problème, bien que de nature humaine, vient rejoindre la palanquée de bugs que traîne les divers versions de Windows. Pas plus tard qu’en août 2015, c’était la première grosse mise à jour de Windows 10 qui pouvait entraîner le blocage du système lors de son installation, en créant un redémarrage en boucle. Si vous êtes touché par ce bug, voici la solution d'un membre de la communauté de Tom's Guide.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire