Wonder Woman se fait virer des Nations Unies

En octobre dernier, Wonder Woman devenait ambassadrice de l'ONU. La super-héroïne, considérée comme une icône du féministe, n'aura finalement bien longtemps en poste : suite à un véritable tollé sur le Web, Wonder Woman s'est fait licencier.

Pas de chance pour Wonder Woman : le personnage de comics aurait dû entrer au service d'une campagne sur « l'émancipation des femmes et des filles et l’égalité des sexes ». Mais ce n'était pas du goût de certains, qui ont lancé une pétition le jour même de l'annonce de l'ONU. « Bien que les créateurs originels aient voulu que Wonder Woman représente une femme guerrière, forte et indépendante, la réalité est que l'itération actuelle du personnage est celle d'une femme blanche aux gros seins et aux proportions impossibles. »

Même si le nombre de signataires n'a pas été atteint (il en fallait 45.000, ils en ont récolté 44.500), la polémique qui s'en est suivie a eu raison de la super-héroïne. Wonder Woman vient donc de se faire destituer de son poste. L'ONU avait pourtant mis toutes les chances de son côté, en s'assurant du soutien des deux interprètes du personnage au cinéma (Gal Gadot) et à la télévision (Lynda Carter). Une contre-pétition a été lancée dans la foulée, mais celle-ci n'aura probablement aucun effet.

L'éditeur de Wonder Woman, DC Comics, a cependant confirmé la prochaine publication d'un numéro spécial dédié au personnage et son « recrutement » par l'ONU. Le personnage sera également à l'affiche de son propre film le 7 juin 2017.

>> 75 ans de Wonder Woman en une infographie

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire