YouTube veut lutter contre les vidéos extrémistes

Les grandes entreprises d’internet n’ont pas été à l’abri des critiques de la première ministre Britannique Theresa May à la suite des attaques terroristes de Manchester et de Londres. Le chef du parti conservateur dénonce un « espace sûr » qui diffuse les idéologies radicales. Le rapprochement est vite fait par les médias britanniques qui évoquent la radicalisation de Khuram Shazad Butt, l’un des assaillants aux couteaux à London Bridge, à partir des vidéos YouTube du prédicateur islamiste Ahmad Musa Jibril.

Google, la société mère de YouTube, a réagi en annonçant des mesures pour lutter contre les vidéos extrémistes sur sa plateforme. Désormais, les contenus qui appellent au terrorisme seront immédiatement supprimés. Cependant, le site marque quelques nuances. Les vidéos moins explicites auront un avertissement et ne pourront pas être recommandées, commentées ou monétisées. « Nous pensons que cela marque le juste équilibre entre la liberté d'expression et l'accès à l'information sans promouvoir des points de vue extrêmement offensants », explique Kent Walker, avocat général de Google et vice-président senior.

Le principal problème réside ainsi dans l’identification des contenus indésirables alors que le trafic sur le site se révèle colossal. Pour surmonter cet obstacle, YouTube entend mener des partenariats avec différents organismes spécialisés et déployer d’importantes ressources techniques.

> > >  Lire aussi  YouTube : les vidéos inappropriées ne pourront plus être monétisées

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire