Accueil » Actualité » Affaire Google-Huawei : le Mate 30 sera lancé sans Android

Affaire Google-Huawei : le Mate 30 sera lancé sans Android

Malgré le sursis de 90 jours accordé par les États-Unis, le fabricant de smartphones chinois ne pourra pas utiliser la licence Android sur ses nouveaux téléphones.

Image 1 : Affaire Google-Huawei : le Mate 30 sera lancé sans Android

Google vient d’annoncer que les Huawei Mate 30 et Mate 30 Pro ne pourront pas utiliser Android. Les nouveaux téléphones phares de la marque chinoise seront donc privés des applications et services Google.

Les nouveaux téléphones privés de services Google

Un porte-parole de Google a déclaré à l’agence Reuteurs que Huawei ne pourrait pas utiliser la licence officielle Android sur ses prochains téléphones. Cette nouvelle surprenante survient quelques jours à peine après que Huawei ait annoncé la sortie de son prochain appareil phare compatible 5G – le Mate 30 Pro.

Le sursis de 90 jours récemment accordé à Huawei n’autoriserait donc pas la marque à équiper ses nouveaux produits des services Google. Les Mate 30, qui doivent être présentés le 18 septembre prochain, se retrouveront donc sans applications Google.

Lancement anticipé pour HarmonyOS ?

Si cette information est confirmée, la société devra soit retarder la sortie ses Mate 30, soit envisager une autre solution. Sera-t-elle contrainte d’utiliser son système d’exploitation HarmonyOS ? Le PDG de Huawei a cependant déclaré la semaine dernière qu’Harmony n’était pas prêt à être lancé sur les smartphones.

Une autre alternative serait l’utilisation d’une version open source d’Android. Cette dernière option priverait cependant les téléphones des services et applications majeurs de Google telles que Gmail, YouTube et bien sûr le Play Store.

Le constructeur chinois espère peut-être encore obtenir une autorisation auprès du gouvernement américain. Les entreprises américaines ont en effet toujours la possibilité de faire des demandes de licence pendant le sursis. Des sources ont cependant révélé hier qu’aucune des 130 requêtes reçues depuis deux mois n’a été acceptée par le département du commerce.

Google, Huawei et le département du Commerce américain n’ont pas commenté cette affaire au moment de la rédaction de cet article.