Accueil » Actualité » Alphabet ferme Loon, son projet de ballons fournissant un accès à Internet

Alphabet ferme Loon, son projet de ballons fournissant un accès à Internet

Alphabet met fin à son projet Loon, son projet de ballons fournissant un accès à Internet. Loon était un projet prometteur promettant une alternative aux antennes relais pour les zones reculées et difficiles d’accès, mais celui-ci ne serait finalement pas commercialement viable.

Alphabet, la société mère de Google, a lancé Loon en juin 2013, et Loon est devenue une entreprise indépendante au sein d’Alphabet en 2018. Le service Internet avait été lancé au Kenya en juillet dernier. Celui-ci était composé d’une flotte d’environ 35 ballons qui couvraient une zone d’environ 50 000 kilomètres carrés.

Loon - Alastair Westgarth / medium
Loon – Crédit : Alastair Westgarth / medium

En 2017, Alphabet avait reçu l’autorisation de la Commission fédérale des communications américaine pour envoyer ses ballons Loon au-dessus de Porto Rico. Les ballons avaient permis aux habitants d’accéder à Internet après l’ouragan Maria.

Alphabet met fin à Loon, car son projet n’est pas viable

Loon devrait mettre fin à son service au Kenya, et les employés transférés vers d’autres entreprises d’Alphabet telles que Google. Selon le PDG de Loon, les ballons à hélium pouvaient rester des centaines de jours dans le ciel. De plus, les équipements de communication étaient capables d’assurer une couverture cellulaire sur une zone 200 fois plus grande que celle d’une antenne relais classique.

Cependant, un opérateur aurait dû acheter plusieurs ballons, chacun d’eux coûtant des dizaines de milliers de dollars, alors que ceux-ci n’ont qu’une durée de vie d’environ cinq mois. L’investissement était alors beaucoup trop élevé, et son intérêt remit en question par des projets comme Starlink.

L’intérêt croissant de SpaceX pour fournir un accès à Internet depuis l’espace a peut-être influencé la décision d’Alphabet d’abandonner Loon. En effet, Starlink est déjà disponible en bêta à 99 dollars par mois aux États-Unis. Le projet est ambitieux, puisque SpaceX compte envoyer environ 12 000 satellites dans l’espace, à un rythme de 120 par mois. L’entreprise américaine souhaite fournir une connexion de 100 Mbps à tous les utilisateurs.

Loon n’aura pas été un projet inutile, puisque selon Google, une partie de la technologie développée par Loon est déjà utilisée dans le projet Taara. Celui-ci vise à apporter une connexion Internet rapide et abordable à l’Afrique subsaharienne. Les ballons Loon avaient aussi pu être déployés au Peru après un tremblement de Terre de magnitude 8,0. Il avait coupé du monde certaines zones rurales.

Source : medium