Accueil » Actualité » Amazon condamné par la justice française à ne plus livrer que les produits essentiels

Amazon condamné par la justice française à ne plus livrer que les produits essentiels

La sentence est tombée. La justice française contraint Amazon à limiter son activité durant la pandémie de coronavirus. Le géant de l’e-commerce ne pourra dorénavant livrer que les produits essentiels sous peine d’une lourde amende.

Image 1 : Amazon condamné par la justice française à ne plus livrer que les produits essentiels
Image 2 : Amazon condamné par la justice française à ne plus livrer que les produits essentiels
Crédit : Amazon

Il y a seulement quelques heures, Amazon annonçait qu’il allait relancer la livraison de produits dits non essentiels auparavant limitée depuis la mi-mars. Au même moment, aux États-Unis, Amazon recrutait 100 000 employés pour assurer les livraisons tout en augmentant le salaire horaire. En relançant la livraison de tous les produits, Amazon espère relancer les ventes et entamer un retour à la normale. Au final, bien que les livraisons vont progressivement reprendre leur cours aux États-Unis, ce ne sera pas pour tout de suite en France. Le tribunal judiciaire de Nanterre dans le département des Hauts-de-Seine vient de condamner Amazon à une restriction de son activité durant toute la période de pandémie en France.

Une astreinte de 1 million d’euros par jour et par infraction

Le géant de l’e-commerce a donc 24 heures pour « restreindre l’activité de ses entrepôts aux seules activités de réception des marchandises, de préparation et d’expédition des commandes de produits alimentaires, de produits d’hygiène et de produits médicaux, sous astreinte, d’un million d’euros par jour de retard et par infraction constatée ».

Cette décision fait suite au mouvement du syndicat Sud Solidaires qui avait saisi le tribunal de Nanterre le 8 avril en réclamant à titre principal la fermeture totale de l’ensemble des entrepôts français, 6 au total. Le jugement n’a donc pas répondu à cette première demande, mais à la deuxième qui réclamait une restriction de l’activité aux produits essentiels, et par conséquent la diminution du nombre d’employés.

Les employés du géant américain n’auraient pas été suffisamment protégés

Selon le syndicat, Amazon ne protégeait pas suffisamment ses employés contre le risque de propagation. En effet, le ministère du Travail avait reconnu la semaine dernière que cinq entrepôts sur les six ne protégeaient pas correctement leurs employés. Par crainte, ces derniers auraient donc été très absents ces derniers temps. Même s’il n’y a en France qu’un seul employé d’Amazon touché par le Covid-19 et hospitalisé en réanimation, les syndicats pensent qu’il y en a des dizaines d’autres cas qui ne sont pas encore identifiés. Pourtant, Amazon a toujours assuré qu’il mettait en place toutes les précautions sanitaires possibles pour assurer la sécurité de ses employés.

Les produits essentiels autorisés à la vente et à la livraison comprennent les articles alimentaires, médicaux et d’hygiène. Cette liste n’englobe pas tout ce qui est nécessaire. On pourrait considérer qu’il y a beaucoup d’autres produits essentiels tels que le matériel éducatif, la nourriture pour animaux, le matériel informatique pour les personnes au télétravail, l’équipement pour bébés, etc. Amazon n’a pour le moment pas encore réagi à propos de la décision de justice.

Source : Le Parisien