Accueil » Actualité » Amazon ne permet plus à la police d’utiliser sa technologie de reconnaissance faciale

Amazon ne permet plus à la police d’utiliser sa technologie de reconnaissance faciale

Alors que les manifestations dénonçant les violences policières continuent aux États-Unis, Amazon tente de faire taire les voix qui s’élèvent contre ses solutions de reconnaissance faciale utilisées par les forces de l’ordre.

Reconnaissance faciale
Crédits : ACLU / WCSO

La décision fait écho à celle prise il y a quelques jours par IBM de stopper net tout développement en rapport avec cette technologie et son utilisation potentiellement abusive. Mais Amazon est allé beaucoup moins loin en suspendant pour seulement 1 an l’accès à ses logiciels.

Amazon cherche à redorer son image

Les manifestations contre le racisme et les violences policières continuent sans s’essouffler depuis le début du mouvement suite à la mort de Georges Floyd. Avec elles, un mouvement profond a lieu aux États-Unis. On a ainsi vu Marvel réagir en appelant à la diversité, LEGO a suspendu les publicités sur ses boîtes de la gamme Police et HBO Max a retiré temporairement le film « Autant en emporte le vent » de son catalogue.

De son côté, IBM a annoncé arrêter tout développement en cours sur ses solutions de reconnaissance faciale. Dans la même veine, Amazon a décidé de suspendre pour un an l’accès à son outil Rekognition par les forces de l’ordre. Le géant a toutefois annoncé que l’accès serait maintenu pour les entreprises et les organisations non gouvernementales comme celle luttant contre l’exploitation des enfants.

Les voix s’élevaient de plus en plus contre l’outil d’Amazon. Les résultats sont souvent imprécis. Surtout, plusieurs études ont montré que les algorithmes de reconnaissance faciale en place ont des difficultés à reconnaitre les personnes de couleur. Amazon pense qu’un an devrait être suffisant pour que le Congrès américain modifie la législation actuelle et se dit prêt à aider. Pour redorer son image, l’entreprise a fait un don de 10 millions de dollars pour aider le mouvement « Black Lives Matter ».

Source : CNET