Accueil » Actualité » Un livre de SF vendu sur Amazon grâce à un mensonge de 409 ans

Un livre de SF vendu sur Amazon grâce à un mensonge de 409 ans

Un revendeur peu scrupuleux a proposé à la vente un livre de 2011 à 15 dollars au prix astronomique de 987 dollars sur Amazon.

logo amazon

C’est ce qu’il convient d’appeler une belle arnaque ! Sorti en 2011, le roman de science fiction Hominid est un livre « lambda », qui avait toujours été vendu à son prix d’origine, soit 15 dollars. Mais un marchand peu scrupuleux a monté une arnaque florissante. Via Amazon, le livre en question a été proposé moyennant une somme colossale de 987 dollars. L’ouvrage en question a été mis en ligne avec une supposée date de publication du 17ème siècle. L’écrivain John C.Boland ne décolère pas ! Alors qu’il louait les avantages de la plateforme, l’auteur est aujourd’hui irrité de voir que de telles pratiques peuvent exister !

En effet, le revendeur est parvenu à faire croire que le titre avait été publié en 1602, soit 409 ans avant sa date de sortie réelle. L’affaire est désormais entre les mains de la justice.

Amazon : des failles sur la marketplace ?

Ce n’est plus un secret pour personne : le monde de l’édition connait des temps difficiles. De nombreuses librairies ont fermé et les auteurs se tournent désormais vers les boutiques en ligne pour vendre leurs ouvrages. Amazon est même parvenu à voler la première place occupée par Wallmart aux Etats-Unis. Mais le système comporte des failles et les arnaques se multiplient un peu plus chaque jour.

En effet, la plateforme semble avoir bien du mal à évincer les revendeurs peu scrupuleux. Boland accuse le géant de la vente en ligne de proposer des conditions de travail désastreuses et de ne pas surveiller d’assez prêt son contenu. Total : les plaintes se multiplient et les acheteurs boudent la plateforme. Pas étonnant si on se réfère à une arnaque comme celle subie par Boland.

La justice tranchera sur les suites à donner à cette affaire. Mais la partie semble mal engagée. La suprématie d’Amazon et son poids financier feront, semble t-il, pencher la balance en sa faveur.

A lire aussi – Test Kindle Paperwhite ( et Signature) : la liseuse d’Amazon reste indétrônable

Source : The New York Times