Accueil » Actualité » Amazon verse 40 millions de dollars à Soverain afin d’éviter un procès

Amazon verse 40 millions de dollars à Soverain afin d’éviter un procès

Les histoires de procès sont courantes aux États-Unis, et quand il s’agit de deux grandes entreprises locales, nous avons souvent droit à des sommes d’argent exorbitantes venant pimenter le sujet.

Voici l’histoire d’Amazon, entreprise qui propose des services d’achats en ligne en plusieurs langue et avec plein de différents services autour pour le confort du client.
Le site est très réputé dans le monde de la vente par correspondance sur internet et le nom d’Amazon revient très souvent lorsque l’on fait une recherche sur la toile dans le but de réaliser un achat.
Parmis les services qui font les succès du site, certains dont un système de panier d’achat virtuel sont très appréciés par les utilisateurs.
Mais malheureusement pour Amazon, un autre acteur du marché nommé Soverain n’est pas très content.
En effet, ce dernier accuse Amazon d’avoir violé 5 brevets lui appartenant, dont celui sur le fameux système de panier virtuel tant apprécié.
Mais le vendeur en ligne ne l’entend pas de cette oreille et nie avec energie les faits qui lui sont reprochés.
Les deux parties se retrouvent alors en conflit, ce qui conduit Soverain à déposer une plainte contre Amazon dans le but de traiter cette affaire devant les tribunaux.

Ainsi, les jours se suivent et Soverain se frotte les mains quant à l’idée de son procès contre Amazon.
Mais c’est à quelques jours du dit procès qu’Amazon change la donne, contactant son adversaire pour lui proposer un accord.
Amazon se voit donc contraint de payer la bagatelle de 40 Millions de dollars à la société Soverain pour que celle-ci retire sa plainte et fournisse à Amazon des licences exclusives pour les brevets précédemments violés.
Le procès n’aura donc pas lieu, mais Soverain sera tout de même parvenu à ses fins.

Du côté d’Amazon, on explique que cet accord a été conclu pour éviter des frais de justice inutiles, comme l’explique Patty Smith, porte parole du cybercommercant.
Il n’en reste pas moins qu’Amazon continue de nier les faits, malgré la somme payée à Soverain.

Source : ZDNet