Accueil » Actualité » Android : l’Europe veut permettre aux utilisateurs de désinstaller les applications par défaut

Android : l’Europe veut permettre aux utilisateurs de désinstaller les applications par défaut

Lorsque vous achetez un smartphone Android, certaines applications sont préinstallées par le fabricant, et vous ne pouvez pas les désinstaller. Cependant, cela devrait bientôt changer.

Selon SamMobile qui se base sur un rapport de Fiancial Times, l’Union européenne prévoit d’adopter une loi qui oblige les fabricants de smartphones à permettre aux utilisateurs de désinstaller les applications préinstallées sur les appareils.

Android 11 - Mika Baumeister / Unsplash
Android 11 – Crédit : Mika Baumeister / Unsplash

Le problème qui existe aujourd’hui est que les smartphones Android comportent certaines applications préinstallées dont vous n’allez probablement jamais vous servir, et que vous ne pouvez pas désinstaller. Le problème avait été atténué en 2015, car Google avait permis aux fabricants d’installer moins d’applications sur les téléphones. Cependant, Google force toujours les constructeurs à installer plein d’applications.

Pour l’instant, la seule solution pour supprimer ces applications, qu’elles proviennent de Google ou du fabricant, est de passer par des lignes de commandes sur ADB, mais cela peut être trop compliqué ou trop chronophage pour un utilisateur moyen.

L’Europe veut prendre des mesures contre ces applications préinstallées

Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la prochaine loi sur les services numériques que l’UE devrait adopter d’ici la fin de l’année, appelée « Digital Services Act« . Cette loi vise principalement à lutter contre la domination actuelle des grandes entreprises technologiques sur Internet.

Concrètement, sur le plan technique, les fabricants seront obligés de dissocier ces applications du microprogramme de base. C’est déjà ce que quelques fabricants ont commencé à faire depuis quelques années. Cependant, certains constructeurs, comme OnePlus récemment avec l’application Buds, continuent d’installer des applications à l’insu des utilisateurs. Ils devront également s’assurer que leurs téléphones fonctionnent toujours correctement même sans ces applications.

La partie « bloatware » n’est qu’une petite partie des promesses de la proposition de loi sur les services numériques. Malheureusement pour les autres marchés, cette loi ne s’appliquerait qu’à l’Europe. En outre, cela laisserait aux fabricants et aux opérateurs d’autres pays la possibilité de poursuivre cette pratique contraignante pour l’utilisateur.

Source : sammobile