Accueil » Actualité » Antarctique : 2020 est l’année la plus chaude depuis des décennies

Antarctique : 2020 est l’année la plus chaude depuis des décennies

L’année 2020 est la plus chaude des trois dernières décennies dans la péninsule Antarctique, selon une étude de l’Université de Santiago du Chili publiée vendredi.

La péninsule Antarctique est la partie la plus septentrionale de l’Antarctique, où se trouvent les bases scientifiques et militaires de plusieurs pays, dont l’Argentine, le Chili et la Grande-Bretagne.

Antarctique - James Eades / Unsplash
Antarctique – Crédit : James Eades / Unsplash

Entre janvier et août, les températures ont atteint entre 2 et 3 degrés Celsius sur la péninsule, qui est la partie la plus septentrionale de l’Antarctique continental, selon les chercheurs de la base aérienne chilienne de Frei sur l’île King George.

Ces températures sont « supérieures de plus de 2 degrés Celsius aux valeurs habituelles. », a déclaré le climatologue Raul Cordero dans un communiqué publié par l’Institut Antarctique Chilien (INACH). En outre, la température moyenne dans l’extrême nord de la péninsule Antarctique a été cette année supérieure à 0 degré. Cela ne s’était pas produit depuis 31 ans.

Le réchauffement climatique est alarmant

Le climatologue a qualifié ce fait d' »alarmant », car il pourrait indiquer que le rythme rapide du réchauffement des océans observé dans la région à la fin du XXe siècle est en train de reprendre. Le mois dernier, nous rapportions qu’on se dirige vers un réchauffement climatique jamais vu depuis 50 millions d’années. En effet, le Pôle Sud par exemple se réchauffe trois fois plus vite que le reste de la surface de la Terre.

En plus de menacer la biodiversité de ces régions, le réchauffement climatique fait également fondre les glaces, ce qui aura pour conséquence de faire augmenter le niveau de l’eau des océans. À cause de la fonte des glaces, on découvre parfois des îles inexplorées en Antarctique.

Les températures hivernales élevées de l’hémisphère sud contrastent toutefois avec celles enregistrées entre août et septembre, qui ont atteint -16,8 degrés Celsius, les plus basses depuis 1970. Cela prouve que le climat est très fortement altéré dans ces zones du globe.

Source : The Brussels Times