Accueil » Actualité » Antarctique : des microplastiques découverts dans la neige pour la première fois

Antarctique : des microplastiques découverts dans la neige pour la première fois

En Antarctique, des chercheurs ont confirmé la présence de microplastiques dans la neige. Encore plus inquiétant, la concentration de microplastiques dans la neige est plus élevée que dans les mers environnantes.

Pour la toute première fois, des microplastiques ont été découverts dans la neige fraîchement tombée en Antarctique. Des chercheurs ont prélevé 19 échantillons entre le 30 novembre et le 2 décembre 2019 sur l’île de Ross. Celle-ci est située au large de l’extrémité nord-est de la péninsule Antarctique.

Des manchots à jugulaire en Antarctique
Des manchots à jugulaire en Antarctique – Crédit : Derek Oyen / Unsplash

Sur ces échantillons, 6 étaient à proximité de stations de recherche tandis que les 13 autres venaient de « lieux éloignés avec une perturbation humaine minimale ». Ils ont tous été analysés par un laboratoire en Nouvelle-Zélande. Les 19 échantillons contenaient des microplastiques. Au total, les chercheurs ont découvert 109 particules de microplastiques. Ces particules envahissent la Terre, des océans jusqu’à la pluie qui contient aussi une quantité alarmante de microplastique.

À lire aussi > Antarctique : une équipe de chercheurs vient de trouver une énorme quantité de vie sous le continent glacial

Les microplastiques menacent « l’ensemble de la chaîne alimentaire antarctique »

Cette découverte témoigne d’une dégradation de l’écosystème fragile de l’Antarctique. Elle pourrait entraîner des dommages écologiques sur l’environnement marin et la vie marine, du krill jusqu’aux manchots. En effet, si le krill consomme des microplastiques, « l’ensemble de la chaîne alimentaire antarctique » pourrait être négativement impacté. De plus, les chercheurs ont confirmé que la concentration de microplastiques dans la neige en Antarctique est plus élevée que dans les mers environnantes.

Dans l’étude publiée dans la revue The Cryosphere de l’Union européenne des géosciences, les chercheurs expliquent que : « les implications des microplastiques atteignant des régions éloignées telles que l’Antarctique sont vastes. Les organismes antarctiques se sont adaptés aux conditions environnementales extrêmes sur plusieurs millions d’années et les changements environnementaux rapides menacent les écosystèmes uniques ». Les microplastiques trouvés dans les lieux à faible perturbation humaine proviennent probablement des mers voisines et s’accumulent dans la neige.

Plusieurs espèces de manchots comme le manchot papou, le manchot royal, le manchot à jugulaire ou encore le manchot Adélie consomment aujourd’hui des microplastiques dans leur alimentation. Ils sont véritablement menacés par la pollution. Les chercheurs s’inquiètent notamment au sujet du manchot empereur. Selon eux, « les modèles actuels prédisent un déclin de la population de 81 % d’ici 2100 ».

Source : CNET