Accueil » Actualité » Apple : le chef de la sécurité accusé d’avoir proposé des iPad en échange de permis de port d’armes

Apple : le chef de la sécurité accusé d’avoir proposé des iPad en échange de permis de port d’armes

Le chef de la sécurité d’Apple est accusé d’avoir voulu verser des pots-de-vin au shérif de Santa Clara en Californie. Selon le procureur de district, il lui aurait proposé 200 iPad d’une valeur de 70 000 $ contre quatre permis de port d’armes dissimulées.

Logo Apple sur la devanture d'un Apple Store à Hambourg en Allemagne
Logo Apple sur la devanture d’un Apple Store à Hambourg en Allemagne – Crédit : Laurenz Heymann / Unsplash

Thomas Moyer, le chef de la sécurité mondiale d’Apple, vient d’être inculpé la semaine dernière. Il est accusé d’avoir participé à un stratagème pour verser des pots-de-vin au bureau du shérif du comté de Santa Clara en Californie. Après une enquête de deux ans, le procureur de district a déclaré dans un communiqué que : « le sous-shérif Rick Sung, 48 ans, et le capitaine James Jensen, 43 ans, sont accusés d’avoir demandé des pots-de-vin pour des licences d’armes à feu dissimulées (CCW), tandis que le courtier en assurance Harpreet Chadha, 49 ans, et le chef de la sécurité d’Apple, Thomas Moyer, 50 ans, sont accusés d’avoir offert des pots-de-vin pour obtenir ces permis ».

Les permis de port d’arme à feu dissimulée étaient destinés à quatre employés d’Apple

Aux États-Unis, le terme CCW correspond à « carrying a concealed weapon » en anglais, c’est-à-dire « porter une arme dissimulée » en français. Avec ce permis, n’importe quel citoyen peut porter une arme à feu ou de poing de manière discrète en toute légalité. Ce permis est différent du port d’arme visible qui doit être facilement identifiable. Par exemple, un citoyen avec une arme à feu dans un holster à la vue de tous possède un permis de port d’arme visible, mais pas dissimulée.

Les quatre permis que Thomas Moyer a cherché à obtenir étaient destinés à quatre employés d’Apple. Ils étaient déjà en possession d’un tel permis avant qu’il ne soit suspendu. Par contre, nous ne savons pas pourquoi ils ont perdu leur permis de port d’arme dissimulée. Au total, 200 iPad d’une valeur de 70 000 $ auraient été proposés en échange de ces permis. De plus, l’avocat de Thomas Moyer a insisté sur le fait que son client est innocent. Il serait « un dommage collatéral » d’un conflit public entre le bureau du procureur de district et le bureau du shérif. Selon lui, « il n’a rien fait de mal et a agi avec la plus grande intégrité tout au long de sa carrière ».

Enfin, ni Apple ni Thomas Moyer ne se sont exprimés pour le moment. Ce n’est pas une affaire à prendre à la légère pour Apple qui est déjà poursuivi en justice par une femme ayant dépensé plus de 3 000 $ dans un free-to-play. Récemment, l’entreprise a aussi fait parler d’elle dans une affaire avec Google. Selon la plainte antitrust déposée par le gouvernement américain, Google verserait 12 milliards de dollars par an à Apple pour être le moteur de recherche par défaut.

Source : CNET