Accueil » Actualité » Apple Pay faisait les courses gratuitement : E.Leclerc a suspendu le service

Apple Pay faisait les courses gratuitement : E.Leclerc a suspendu le service

Image 1 : Apple Pay faisait les courses gratuitement : E.Leclerc a suspendu le serviceUne décision du groupe qui touche tous les systèmes, Apple Pay, Samsung Pay ou PayLib. En cause, la solution d’Apple qui, trop laxiste, permettrait de payer ses courses sans avoir les fonds nécessaires, explique iGen.fr.

Faire ses achats à l’œil, voilà la bonne idée que permet Apple Pay. Une faille qui émane de son fonctionnement propre, à savoir qu’il ne nécessite pas de réponse en temps réel de la banque pour approuver le paiement. Toutes les cartes bancaires enregistrées dans l’iPhone, l’iPad ou l’Apple Watch sont associées à un unique code service, au lieu de leur code original. Un choix qui autorise une plus grande souplesse et surtout une meilleure compatibilité avec les terminaux de paiement.

>>> La Société Générale adopte à son tour Apple Pay

Afin de fluidifier au maximum les queues aux caisses des magasins, ces terminaux ne vérifient que le code service pour savoir si une autorisation de paiement est nécessaire, rapporte iGen.fr. Problème, quelle que soit la carte, Apple Pay renvoie automatiquement qu’aucune autorisation n’est nécessaire. Pourtant, il est tout à fait possible d’associer une carte bloquée comme c’est le cas avec OrangeBank, Lydia ou encore le Crédit Agrticole avec sa carte Mozaïc. Dans ce cas, les paiements sont limités à la hauteur du solde disponible et aucun dépassement n’est possible.

Une vérité qui n’a plus court avec Apple Pay puisque celui-ci retourne indifféremment qu’il ne nécessite aucune autorisation. Au final, la banque reçoit un avis de paiement qu’elle ne peut honorer et préfère ne pas payer le commerçant plutôt que de poursuivre son client.

C’est à partir de ce constat que l’enseigne E.Leclerc a décidé de ne plus accepter les moyens de paiement par mobile, Apple Pay en tête.

>>> Google Pay est désormais disponible sur iOS et sur le Web

À noter que le géant breton n’est pas le seul à être potentiellement touché par cette brèche sécuritaire. Toute la grande distribution est dans le même cas. iGen.fr précise que Carrefour n’a pris encore aucune décision, mais que Auchan refuse tout moyen de paiement sans contact, que ce soit un smartphone ou une carte bancaire. D’autres ont trouvé une alternative en limitant les paiements par smartphone ou smartwatch à 30 € pour les magasins U ou 50 € chez Picard, vraisemblablement.

Chez E.Leclerc, des solutions devraient être étudiées dès cet été pour lever le blocage des paiements mobiles dans les 660 magasins du groupe.