Accueil » Actualité » Apple vire une ingénieure qui se plaignait de harcèlement sexuel et d’intimidation

Apple vire une ingénieure qui se plaignait de harcèlement sexuel et d’intimidation

Apple a licencié Ashley Gjøvik, responsable senior du programme d’ingénierie, pour avoir prétendument violé les règles de l’entreprise concernant la fuite d’informations confidentielles.

Ce motif pourrait bien ne pas être le seul. Depuis des mois maintenant, Gjøvik tweetait ouvertement sur des allégations de harcèlement, d’intimidation, de surveillance et de sécurité au travail.

Apple Park
Apple Park – Crédit : Unsplash

Ashley Gjøvik a déposé une plainte auprès du conseil du travail américain, le National Labor Relations Board. Elle accuse son employeur, Apple, de 13 cas de représailles illégales à son encontre. Selon elle, après s’être plainte à maintes reprises de ses expériences en matière de sexisme et de ses préoccupations concernant la sécurité sur le lieu de travail, Apple aurait voulu la faire taire.

Dans sa plainte, elle a déclaré avoir été victime de harcèlement sur le lieu de travail. Elle a également déclaré que ses responsabilités de supervision avaient été réattribuées à des collègues, tandis qu’elle se voyait confier des tâches indésirables. Gjøvik avait également mentionné qu’elle n’était pas à l’aise avec les politiques de confidentialité d’Apple. Celles-ci permettent notamment à l’entreprise d’accéder aux informations personnelles des employés stockées sur leurs appareils et leur identifiant Apple personnel.

Apple aurait voulu faire taire l’ingénieure en la licenciant

Le mois dernier, Gjøvik a expliqué dans une interview qu’elle soulevait depuis des années des problèmes de sexisme chez Apple. La société ne lui aurait jamais proposé de solution idéale au problème. L’ingénieure a été placée en congé administratif pour une durée indéterminée. Apple a depuis mis fin à son contrat pour avoir divulgué des informations confidentielles sur des produits, ajoutant qu’elle n’avait pas non plus « coopéré » au cours du « processus d’enquête ».

L’employée d’Apple s’est rapidement défendue par téléphone en déclarant qu’elle ne connaissait pas les détails des « informations confidentielles » qu’elle était accusée d’avoir divulguées. Apple licencie régulièrement des employés pour espionnage industriel, et mène actuellement une véritable croisade contre les fuites. L’entreprise américaine a d’ailleurs récemment équipé tous ses employés de caméras pour surveiller leurs moindres faits et gestes.

Pour l’instant, la justice américaine enquête sur la plainte d’Ashley Gjøvik, il faudra donc probablement attendre de nombreuses semaines voire de nombreux mois avant de savoir quelle partie est en tort dans cette affaire.

Source : Engadget